Patrick Kéchichian

Critique littéraire, Écrivain

Né en 1951 à Paris, Patrick Kéchichian est critique littéraire – jusqu’en 2008 au Monde, ensuite à La Croix et dans plusieurs magazines et revues. Écrivain, il a publié quatre livres au Seuil, dans la collection « Fiction & Cie» : Les Usages de l’éternité. Essai sur Ernest Hello (1993) ; Les Origines de l’alpinisme. Exercices spirituels (2001) ; L’Aiguille de minuit, Carnets de l’Alpiniste (2004) ; Des princes et des principautés, Pamphlet (2006). Et chez Desclée de Brouwer, avec S. Breton et P. Morel, La Conversion de saint Paul (2001). Chez Gallimard, il a publié en 2009 un Petit éloge du catholicisme (« Folio ») et en 2011, dans la collection « L’un et l’autre », Paulhan et son contraire. En 2012, il a fait paraître un Saint Paul, le génie du christianisme (« Point-Sagesses », Le Seuil). Enfin, en avril 2017, il a publié, chez Ad Solem, un bref récit : La Défaveur.

 

Ses publications sur AOC

jeudi 05.03.20
lundi 25.11.19

Critique

Les sentiers de l’inquiétude – à propos d’Icebergs de Tanguy Viel

par

Les Icebergs de Tanguy Viel sont un pas de côté, l’écart d’un auteur qui flâne et se laisse aller, rêveur, dans les méandres des mots des autres. L’homme qui lit et écrit – tout à la fois – déambule ainsi et observe, promenant les formes que dessine son écriture, l’œuvre la plus accomplie étant toujours le récit du chemin qu’elle parcourt. La partie immergée de l’iceberg est cette fragilité inquiète : la distraction vagabonde de celui qui sait que dire est toujours redire, mais qu’il y a, chaque fois, dans cette redite, la beauté de dire, encore, une première fois.

jeudi 26.09.19

Critique

Tomber en littérature – sur Débuter, comment c’est de Bertrand Leclair

par

Revenir aux commencements, à l’étincelle qui déclenche l’incendie de la création littéraire. C’est l’obsession de Bertrand Leclair, qui partage et s’interroge sur l’art et la manière d’entrer en littérature dans Débuter, comment c’est. Qu’on ne s’attende pas ici à l’exposé d’une conception distanciée ou doctorale de la chose littéraire : l’auteur puise avant tout dans son expérience de romancier, de lecteur, de passeur et par cela, nous révèle les chemins de traverse que l’écrivain peut emprunter.

lundi 16.09.19

Critique

Finkielkraut, l’idée plus que l’idéologie

par

Alain Finkielkraut n’est pas forcément là où on voudrait le bloquer, l’enfermer, là où on lui cherche constamment querelle. Mais pour comprendre cela, il faut l’entendre, l’écouter, loin des polémiques où il est embarqué, où, reconnaissons-le, il s’embarque souvent lui-même. Et il faut surtout le lire, puisque c’est d’abord un homme de l’écrit, et qu’il publie en cette rentrée A la première personne.

jeudi 09.05.19

Critique

Roberto Calasso, illuminé rationnel – à propos de L’Innommable actuel

par

Avec L’inommable actuel, Roberto Calasso poursuit l’exploration d’un territoire littéraire propre – un territoire d’ombre et de lumière, de vive conscience surtout, qui ne serait pas le sien sans la méthode qui le caractérise, sans le style et la capacité de raisonnement, de déduction, de sa pensée. Procédant souvent par montage de citations, il met en écho notre monde actuel avec la Vienne des années 1933 à 1945.