Ecologie

Paul Hawken : « Il ne s’agit pas de combattre ou de traiter le réchauffement climatique mais de le stopper !»

Journaliste

Écologiste, spécialiste du réchauffement climatique, Paul Hawken, prône ce qu’on appelle aux États-Unis un militantisme de solutions. Son best-seller, Drawdown. Comment inverser le cours du réchauffement planétaire , paraît ces jours-ci en français : l’occasion d’un entretien au long cours avec celui qui considère que l’ignorance honteuse de Trump aura, en fait, permis l’éveil des consciences.

Publicité

Il fait 28° à Paris ce 20 avril, record historique de chaleur jamais enregistré, Paul Hawken nous accueille donc dans le jardin des éditions Actes Sud. Parler réchauffement climatique – l’écologiste américain n’aime pas qu’on parle de changement climatique –  paraît plus indiqué que jamais. La publication en français de son imposant Drawdown. Comment inverser le cours du réchauffement planétaire est un événement. Pas seulement parce que ça a été un best seller aux États-Unis, mais aussi parce qu’il s’inscrit dans une démarche qui a du mal à s’implanter dans l’Hexagone : un militantisme de solution. Autre particularité de Paul Hawken, écologiste reconnu pour s’être consacré depuis longtemps aux questions climatiques, il est un pionnier de la refonte des modèles économiques vers des pratiques plus respectueuses de l’environnement. L’écologie pourrait donc se fondre dans le capitalisme. RB

 

Drawdown se propose d’apporter les solutions au réchauffement climatique, de montrer quelles sont les solutions connues qui ont le plus d’impact. Mais avant d’en venir aux solutions, il faut se poser la question du constat. Le consensus que l’on pensait avoir atteint, sur l’origine humaine du réchauffement climatique, notamment lors de la COP21 en 2015, a été remis en cause par Donald Trump au cours de sa campagne puis à son arrivée au pouvoir. Sa décision la plus emblématique en ce sens a été de retirer les États-Unis de l’accord de Paris. Faut-il tout reprendre à zéro ?
Personne ne peut vraiment expliquer ce qui s’est passé aux États-Unis, dans le sens où l’on ne peut que s’interroger sur ce qui nous a amenés à élire un sociopathe comme président. Son cas est pathologique, ce n’est pas comme s’il défendait un point de vue, il n’en a pas, son seul point de vue c’est lui-même. C’est pourquoi je ne crois pas qu’il faille s’étendre sur sa présidence, d’ailleurs, à mon avis, il ne sera pas là encore très longtemps. Mais on peut aussi regarder les choses sous un jour différe


Raphaël Bourgois

Journaliste, Rédacteur en Chef d'AOC

Rayonnages

Écologie