E Entretien

Cinéma

Lav Diaz : « Je veux émanciper mon cinéma d’une longueur contrainte, imposée par l’industrie et le marché »

Journaliste

Figure essentielle du cinéma philippin, Lav Diaz a réalisé son quinzième film La Saison du diable, livrant à nouveau une œuvre profonde et originale (sortie mercredi en salles). Rencontre avec un artiste érudit, virtuose du cinéma en noir et blanc, qui dévoile ses secrets de création.

Même s’il est encore loin d’avoir conquis toute la notoriété qu’il mérite, pas à pas Lav Diaz ne cesse de confirmer l’immensité de son talent, et d’élargir la reconnaissance qui accompagne une œuvre déjà considérable. À 59 ans, signataire de 15 films en 20 ans, et deux ans après le Lion d’or au Festival de Venise pour l’admirable La Femme qui est partie, le cinéaste philippin a présenté en compétition au Festival de Berlin une nouvelle œuvre exceptionnelle, La Saison du diable.

Dans le noir et blanc somptueux qui caractérise la plupart de ses réalisations tout autant que leur longue durée, celui qui se confirme comme un des plus grands cinéastes contemporains évoque la terreur exercée par les milices dans les campagnes à l’époque du dictateur Marcos, mais en se référant clairement aussi à l’actuel homme fort de son pays, Rodrigo Duterte. Renouvelant sans cesse son écriture cinématographique, Lav Diaz invente un conte fantastique construit autour de songs, chants a capella par lesquels les principaux personnages expriment leurs émotions, proclament leur engagement ou commentent les événements. La sortie en salles le 25 juillet de La Saison du diable est l’occasion de faire le ...

Jean-Michel Frodon

Journaliste, Critique de cinéma et professeur associé à SciencesPo