Jean-Michel Frodon

Journaliste, Critique de cinéma et professeur associé à SciencesPo

Jean-Michel Frodon, né en 1953, est critique de cinéma, notamment pour Le Monde et Slate. Il a été directeur de rédaction aux Cahiers du cinéma de 2003 à 2009. Il anime aussi le blog Projection publique, qui reprend ses articles de Slate, et collabore régulièrement avec la revue espagnole Caiman et le site chinois cinephilia.net. Auteur de nombreux ouvrages sur le cinéma, il est également enseignant à l’École des Arts politiques de Sciences Po (SPEAP) et à l’université de St Andrews (Ecosse). Depuis 2007, il est membre du Conseil scientifique de La Femis. En 1995, il publie L’Âge moderne du cinéma français, pour lequel il reçoit le prix René-Clair décerné par l’Académie française. L’ouvrage traite du cinéma français à partir de 1959 : il s’attache à montrer les liaisons entre le contexte historique, social et politique et le cinéma français. Il a été également le directeur artistique du film collectif Les Ponts de Sarajevo, conçu à partir de courts métrages de Aida Begić, Leonardo Di Costanzo, Jean-Luc Godard, Kamen Kalev, Isild Le Besco, Sergei Loznitsa, Vincenzo Marra, Ursula Meier, Vladimir Perišić, Cristi Puiu, Marc Recha, Angela Schanelec, Teresa Villaverde, avec des dessins de François Schuiten animés par Luis de Mata. Le film a été présenté au Festival de Cannes 2014, a fait l’ouverture du Festival du film de Sarajevo et été présenté dans de nombreux autres festivals.

Ses publications sur AOC

vendredi 16 .08

Critique

L’écriture à l’aventure dans une zone critique – à propos de Kiruna de Maylis de Kerangal

par Jean-Michel Frodon

Maylis de Kerangal débarque de nuit à l’aéroport de Kiruna en Laponie suédoise, la ville porte le même nom que la mine – la plus grande au monde – qui la fait vivre. C’est le territoire qu’a choisit l’autrice pour un reportage littéraire dans lequel observations savantes et sensibles s’entre-nourrissent. Tour à tour artiste, ethnologue ou géographe, elle échafaude une œuvre originale qui, en combinant ces approches, permet de dresser un portrait en rhizomes de Kiruna. Un grand petit livre. Rediffusion du 15 mai 2019.

mardi 09 .07

Critique

White de Bret Easton Ellis, voix virtuose de ceux par qui Trump est arrivé – et reviendra peut-être

par Jean-Michel Frodon

Dans White, premier essai pour Bret Easton Ellis, l’auteur poursuit son analyse acide et provocatrice des États-Unis. Aussi ironique que Moins que zéro, aussi mortifiant qu’American Psycho, ce nouvel ouvrage d’un auteur plus dangereux que jamais offre un portrait grinçant (teinté de mauvaise foi) d’un temps présent rongé par le conformisme et d’une génération « dégonflée ».

mercredi 29 .05

Critique

Au Festival de Cannes, une journée particulière

par Jean-Michel Frodon

Comme tous les ans depuis fort longtemps Jean-Michel Frodon a assisté comme critique au Festival de Cannes. Il revient pour AOC sur une journée particulière de cette édition, une journée lors de laquelle se sont produits une multiplicité d’événements qui cristallisent beaucoup de ce qui fait l’importance du Festival, et aident à en comprendre les enjeux.

mercredi 15 .05

Critique

L’écriture à l’aventure dans une zone critique – à propos de Kiruna de Maylis de Kerangal

par Jean-Michel Frodon

Maylis de Kerangal débarque de nuit à l’aéroport de Kiruna en Laponie suédoise, la ville porte le même nom que la mine – la plus grande au monde – qui la fait vivre. C’est le territoire qu’a choisit l’autrice pour un reportage littéraire dans lequel observations savantes et sensibles s’entre-nourrissent. Tour à tour artiste, ethnologue ou géographe, elle échafaude une œuvre originale qui, en combinant ces approches, permet de dresser un portrait en rhizomes de Kiruna. Un grand petit livre.

mercredi 17 .04

Critique

Poème pour une politique du langage : Le Livre d’image de Jean-Luc Godard

par Jean-Michel Frodon

Le film de Jean-Luc Godard diffusé sur Arte à partir du 17 avril réinvente les ressources du montage pour offrir une méditation émouvante et pleine d’inattendus. Grand voyage dans les images, les sons et les événements, il construit une réflexion centrée sur l’histoire du Moyen-Orient pour reformuler les enjeux d’une aspiration révolutionnaire au futur.