Jean-Michel Frodon

Journaliste, Critique de cinéma et professeur associé à SciencesPo

Jean-Michel Frodon, né en 1953, est critique de cinéma, notamment pour Le Monde et Slate. Il a été directeur de rédaction aux Cahiers du cinéma de 2003 à 2009. Il anime aussi le blog Projection publique, qui reprend ses articles de Slate, et collabore régulièrement avec la revue espagnole Caiman et le site chinois cinephilia.net. Auteur de nombreux ouvrages sur le cinéma, il est également enseignant à l’École des Arts politiques de Sciences Po (SPEAP) et à l’université de St Andrews (Ecosse). Depuis 2007, il est membre du Conseil scientifique de La Femis. En 1995, il publie L’Âge moderne du cinéma français, pour lequel il reçoit le prix René-Clair décerné par l’Académie française. L’ouvrage traite du cinéma français à partir de 1959 : il s’attache à montrer les liaisons entre le contexte historique, social et politique et le cinéma français. Il a été également le directeur artistique du film collectif Les Ponts de Sarajevo, conçu à partir de courts métrages de Aida Begić, Leonardo Di Costanzo, Jean-Luc Godard, Kamen Kalev, Isild Le Besco, Sergei Loznitsa, Vincenzo Marra, Ursula Meier, Vladimir Perišić, Cristi Puiu, Marc Recha, Angela Schanelec, Teresa Villaverde, avec des dessins de François Schuiten animés par Luis de Mata. Le film a été présenté au Festival de Cannes 2014, a fait l’ouverture du Festival du film de Sarajevo et été présenté dans de nombreux autres festivals.

Ses publications sur AOC

vendredi 15 .03

Critique

Documentaire, petit état des lieux d’un genre en pleine vigueur

par Jean-Michel Frodon

Membre des jurys de trois festivals importants de cinéma documentaire, Jean-Michel Frodon a eu l’an passé l’occasion de voir un très grand nombre d’œuvres du monde entier. Au moment où s’ouvre au Centre Pompidou la 41e édition du Cinéma du Réel, il propose un tour d’horizon d’un genre en grande forme.

jeudi 03 .01

Critique

High Life de Claire Denis ou la métaphysique narrative

par Jean-Michel Frodon

Avec High Life, le cinéma de Claire Denis se déploie selon des logiques inédites, où ni la psychologie, ni la morale, ni le romanesque académique n’imposent leur carcan. Elle défait et réagence les éléments de récit – ce qu’on a l’habitude d’appeler les personnages, les péripéties, les motivations. Si elle raconte toujours une histoire, elle le fait autrement, réinventant la physique narrative. Rediffusion d’hiver d’un texte paru le 16 novembre dernier.

vendredi 16 .11

Critique

High Life de Claire Denis ou la métaphysique narrative

par Jean-Michel Frodon

Avec High Life, sorti le 7 novembre, le cinéma de Claire Denis se déploie selon des logiques inédites, où ni la psychologie, ni la morale, ni le romanesque académique n’imposent leur carcan. Elle défait et réagence les éléments de récit – ce qu’on a l’habitude d’appeler les personnages, les péripéties, les motivations. Si elle raconte toujours une histoire, elle le fait autrement, réinventant la physique narrative.

lundi 29 .10

Critique

Avec le Festival de Pingyao, Jia Zhang-ke entreprend de transformer tout le cinéma chinois

par Jean-Michel Frodon

Du 11 au 20 octobre a eu lieu la deuxième édition du Pingyao Crouching Tiger Hidden Dragon International Film Festival, dans la province chinoise du Shanxi. Il existe des milliers de festivals de cinéma dans le monde. Mais celui-là est particulier : Pingyao est très loin d’être le plus grand festival du monde, mais c’est peut-être le plus important, au sens où s’y joue possiblement une partie décisive pour l’avenir du cinéma chinois, et pas seulement. Disons, d’une certaine idée de la culture, pour le monde entier.

samedi 21 .07