Rediffusion

Wendy Brown : « Le néolibéralisme sape la démocratie »

Écrivain

Le 12 septembre a paru aux éditions Amsterdam une traduction en français du dernier livre de Wendy Brown Défaire le démos. Dans cet ouvrage très important, l’auteure avance une thèse nouvelle : le néolibéralisme s’attaque à l’assise la plus fondamentale de la démocratie, le tandem que forment les libertés politiques et le droit égal pour tous à la participation politique. Rediffusion d’hiver d’un texte paru le 15 septembre dernier.

Dans un livre événement Défaire le dèmos (paru aux éditions Amsterdam) Wendy Brown, qui enseigne les sciences politiques à Berkeley, montre comment la rationalité néolibérale ne se réduit pas à une doctrine ou à une politique économique mais qu’elle menace les fondements même du projet démocratique en le reformulant en termes économiques. Là où les critiques du néolibéralisme se contentent souvent de dénoncer  un régime d’inégalités exacerbées, la privatisation des biens publics qui interdit un accès partagé et équitable aux services publics, la soumission des politiques publiques à la versatilité des marchés financiers, la philosophe offre une critique dévastatrice de la façon dont le néolibéralisme a évidé la démocratie. Elle démasque la manière dont le prétendu déblocage des sociétés opéré par les néolibéraux partout dans le monde s’effectue sous les modalités concrètes d’un verrouillage brutal des droits fondamentaux. Brown démontre en particulier comment le néolibéralisme reformule les ingrédients de la démocratie : la jurisprudence, la gouvernance, la culture politique, les pratiques de citoyenneté, les formes du leadership, le vocabulaire et l’imaginaire démocratique, les récentes transformations du droit et du secteur éducatif. Défaire le dèmos n’est pas seulement une analyse brillante des métamorphoses du néolibéralisme à l’ère de Trump, il fournit une base solide à la réinvention de nouvelles formes démocratiques.

Dans votre livre Défaire le dèmos, vous défendez l’idée selon laquelle le néolibéralisme mine la démocratie et la corrompt en profondeur. Comment peut-on parler de néolibéralisme ? N’y a-t-il qu’un seul néolibéralisme ? N’est-ce pas aussi réducteur que de parler du « marxisme » alors que l’histoire a montré que la pensée de Marx a donné naissance à plusieurs marxismes selon les contextes historiques et nationaux, qu’elle a inspiré des réformes sociales-démocrates très différentes en Allemagne, en France, en Autriche, en Russie, etc. ; des marxism


[1] Globalists – The End of Empire and the Birth of Neoliberalism, Harvard Press University, 2018

[2] Rated Agency : Investee Politics in a Speculative Age, Zone Books 2018, est la traduction de Le temps des investis, La Découverte 2017

[3] Family Values: Between Neoliberalism and the New Social Conservatism, Zone Books 2017

[4] Democracy in Chains, Penguin Books 2018

Christian Salmon

Écrivain, Chercheur au Centre de Recherches sur les Arts et le Langage

Notes

[1] Globalists – The End of Empire and the Birth of Neoliberalism, Harvard Press University, 2018

[2] Rated Agency : Investee Politics in a Speculative Age, Zone Books 2018, est la traduction de Le temps des investis, La Découverte 2017

[3] Family Values: Between Neoliberalism and the New Social Conservatism, Zone Books 2017

[4] Democracy in Chains, Penguin Books 2018