Christian Salmon

Écrivain, Chercheur au Centre de Recherches sur les Arts et le Langage

Christian Salmon est écrivain. Il est membre du Centre de recherches sur les arts et le langage (CNRS). Il a été l’assistant de Milan Kundera à l’École des hautes études en sciences sociales (1984-1988).

En 1993, il a fondé, avec l’appui de plus de trois cents intellectuels des cinq continents, le Parlement international des écrivains dont le premier président fut Salman Rushdie. Il a dirigé le Réseau international des villes refuges et la revue AUTODAFÉ, publiée en 8 langues (1993-2005). Il a collaboré à plusieurs journaux dont Libération et Le Monde. Depuis 2013, il est éditorialiste pour Mediapart.

En octobre 2020, il fera paraître La Tyrannie des bouffons aux éditions Les Liens qui libèrent.

Ses publications sur AOC

dimanche 27.09.20

Fiction

Ultimes limbes

par

« Pas la moindre gloriole à naître ainsi inachevés, et il aurait mieux valu parler de néance que de naissance, pour ça, cette chose remuante qui vous arrivait, ces dégâts entrevus, ces débris de débuts. » Chaos primitif, big bang, vie après la mort, inconscient, voire métaphore de la société, que sont ces limbes fantastiques que l’écrivain Christian Salmon rend ultimes et dans lesquels nous sommes pris comme en une mer perpétuelle ? Quelque chose va arriver en effet. Et sans doute est-ce d’abord le texte lui-même, dans sa matérialité et les effets qu’il produit, fiction de rêve ouverte à de multiples lectures.

mercredi 26.08.20

Opinion

« Coronarration » ou les paroles gelées

par

« Rien de rassurant dans ce qu’il a dit d’exact. Rien d’exact dans ce qu’il a dit de rassurant », résumait une journaliste à l’issue d’un discours de Trump en mars dernier. On ne saurait mieux exprimer le trouble qui s’est installé dans les discours officiels. L’épidémie de coranavirus n’est pas seulement une crise sanitaire, c’est une crise de narration. Face aux dénis des gouvernants, le coronavirus a imposé son histoire au monde. Rediffusion du 3 avril 2020

mercredi 29.07.20

Opinion

Piotr Pavlenski, agitateur vortex – à propos de « l’affaire Griveaux »

par

Piotr Pavlenski a utilisé les mêmes méthodes que les régimes qu’il dénonce, performant le discrédit sur des personnes publiques comme on tire sur des silhouettes de carton dans les foires. Comme tout agitateur vortex, il doit son efficacité ni à la pertinence de ses analyses ni à sa radicalité, mais au contraire à son mode opératoire qui vise à obtenir une attention maximale et doit, pour cela, se conformer à la logique des réseaux sociaux. Au-delà du fait divers, l’« affaire Griveaux » est apparu comme un cas d’école pour comprendre que la délibération politique est à portée de missile d’un simple tweet. Rediffusion du 18 février 2020

vendredi 03.04.20

Opinion

« Coronarration » ou les paroles gelées

par

« Rien de rassurant dans ce qu’il a dit d’exact. Rien d’exact dans ce qu’il a dit de rassurant », résumait récemment une journaliste à l’issue d’un discours de Trump. On ne saurait mieux exprimer le trouble qui s’est installé dans les discours officiels. L’épidémie de coranavirus n’est pas seulement une crise sanitaire, c’est une crise de narration. Face aux dénis des gouvernants, le coronavirus a imposé son histoire au monde.

mardi 18.02.20

Opinion

Piotr Pavlenski, agitateur vortex – à propos de « l’affaire Griveaux »

par

Piotr Pavlenski utilise les mêmes méthodes que les régimes qu’il dénonce, performant le discrédit sur des personnes publiques comme on tire sur des silhouettes de carton dans les foires. Comme tout agitateur vortex, il doit son efficacité ni à la pertinence de ses analyses ni à sa radicalité, mais au contraire à son mode opératoire qui vise à obtenir une attention maximale et doit, pour cela, se conformer à la logique des réseaux sociaux. Au-delà du fait divers, l’« affaire Griveaux » apparaît comme un cas d’école pour comprendre que la délibération politique est à portée de missile d’un simple tweet.