E Entretien

Politique

Selim Kharrat : « La priorité en Tunisie, c’est de poursuivre la transition démocratique »

Journaliste

Menacée autant par les nostalgiques de l’ancienne dictature que par les apprentis autocrates qui se rêvent au sommet de l’État, la transition tunisienne demeure fragile, estime Selim Kharrat, président de l’ONG Bawsala (la boussole en arabe), association de défense des droits humains qui agit pour la transparence dans la vie publique et dont le rôle demeure déterminant dans la construction de la démocratie en Tunisie. Entretien et état des lieux du pays à une semaine du premier tour de l’élection présidentielle, qui doit se tenir le 15 septembre.

Publicité

Le premier tour des élections présidentielles tunisiennes se déroulera le 15 septembre, et jamais scrutin n’a été si indécis depuis la révolution qui a renversé la dictature de Ben Ali en janvier 2011. Sur les 26 candidats, on estime qu’ils sont entre cinq et sept à pouvoir prétendre à la victoire, dont plusieurs nostalgiques de l’ancien régime. Alors que la Tunisie n’a toujours pas créé la Haute cour constitutionnelle prévue par la constitution de janvier 2014, l’équilibre politique du pays demeure instable, et préoccupe la société civile q...

Pierre Puchot

Journaliste, spécialiste du Moyen-Orient