Société

Matthew Desmond : « La richesse des propriétaires repose sur la pauvreté des locataires »

Journaliste

Sociologue à Princeton, Matthew Desmond a reçu en 2017 le Pulitzer de l’essai pour Avis d’expulsion : Enquête sur l’exploitation de la pauvreté urbaine, une longue enquête ethnographique qui se conclut sur une idée forte : les expulsions des logements sont moins la conséquence que la cause de la pauvreté.

Publicité

Matthew Desmond n’en fait pas mystère, il a traversé une longue période de dépression à l’issue de son enquête à Milwaukee (Wisconsin). Pendant plusieurs années, il a suivi 8 familles qui se débattent pour tenter de garder un toit, mais aussi les propriétaires auxquels ces familles ont à faire. Une expérience éprouvante pour le sociologue, professeur à Princeton, qui en a tiré un livre récemment traduit, Avis d’expulsion : Enquête sur l’exploitation de la pauvreté urbaine (éditions Lux). Cet ouvrage a été couronné du prestigieux prix Pulitzer de l’essai en 2017, mais aussi désigné cette année-là comme l’un des meilleurs livres de non-fiction par Barack Obama. C’est un travail ethnographique qui se lit comme un roman, tant l’auteur donne à voir ces vies brisées par les expulsions à répétition. Alors que les primaires démocrates battent leur plein, et que la question des inégalités s’invite dans la campagne américaine, Mathew Desmond revient sur ce que son travail révèle des mécanismes de pauvreté. RB

Pourquoi avez-vous choisi de concentrer votre travail sur la pauvreté aux États-Unis en vous attachant en particulier au phénomène des expulsions ?
Historiquement, la pauvreté aux États-Unis a surtout été traitée sous l’angle du travail, de l’emploi et de l’État-providence. Puis, progressivement, les chercheurs en sciences sociales ont tourné leur attention vers la responsabilité du système judiciaire et carcéral. Toutes ces question sont évidemment importantes pour comprendre le phénomène, mais elles ont occulté un élément fondamental à mes yeux : le rôle du logement dans les mécanismes de paupérisation. Si vous vous concentrez, comme je l’ai fait dans Avis d’expulsion, sur les expulsions locatives, vous obtenez une vision unique des catastrophes humaines causées par le manque de logement. Une autre façon de répondre à votre question, pourquoi cet objet, pourrait être de considérer les expulsions comme un outil narratif inédit, qui permet de raconter une aut


Raphaël Bourgois

Journaliste, Rédacteur en Chef d'AOC

Rayonnages

Société