E Entretien

Société

Jeanne Favret-Saada : « Le retour de l’accusation de blasphème est une révolution dans notre vie publique.»

Sociologue

À quelques mois d’intervalle, entre 1988 et 1989, et à la faveur d’un film de Martin Scorsese, La Dernière tentation du Christ, et d’un roman de Salman Rushdie, Les Versets Sataniques, l’accusation de blasphème a soudainement refait actualité dans nos paisibles démocraties pluralistes. Ce fut un tournant pour l’anthropologue Jeanne Favret-Saada, qui n’a eu de cesse, depuis, d’enquêter sur ce retour de bâton religieux. AOC publie ici un entretien ironiquement refusé par la revue Terrain, pour un dossier titré « Faire taire ».

Publicité

En 2018, la revue d’anthropologie Terrain demande à Jeanne Favret-Saada de participer à un dossier sur la liberté d’expression intitulé « Faire taire » : Arnaud Esquerre l’interrogera sur ses travaux relatifs aux accusations de blasphème. Le texte est bientôt adressé à la rédaction, et le travail éditorial s’accomplit sans difficulté. Toutefois, en juillet 2019, la directrice de la rédaction transmet à Jeanne Favret-Saada dix-huit objections d’un nouveau lecteur, qui portent sur les derniers paragraphes de l’interview. Ceux-ci critiquent la version que deux anthropologu...

Arnaud Esquerre

Sociologue, Chercheur