F Fiction

Roman (extrait)

Le Serveur

Au Hills, on ne joue pas au garçon de café. Le restaurant est d’un autre standing pour notre serveur et narrateur. Un monde aussi soigné que le pli des serviettes. Où s’agite la drôle d’humanité que constituent, certes, les habitués, mais aussi le personnel, parmi lesquels l’apparition de la « demoiselle » ne tardera pas à faire souffler un petit vent de changement. L’artiste norvégien Matias Faldbakken est aussi connu comme écrivain, un écrivain plutôt provocateur signant du nom d’Abo Rasul. Le Serveur, publié sous son vrai nom cette fois, est son tout premier ouvrage traduit en France, par Marie-Pierre Fiquet (à paraître chez Fayard). Premières pages inédites.

Le Cochon

 

Le Hills est d’un temps où le cochon était du cochon et le porc du porc, comme aime à dire le Maître d’hôtel – en d’autres termes, le restaurant remonte au milieu du dix-neuvième siècle. Raide dans mon habit de serveur, je me tiens là, comme j’aurais pu le faire il y a cent ans, voire plus. Tous les jours, les gens commettent des actes extravagants. Pas moi.

J’attends. Je me tiens à disposition. Je circule dans la salle et prends les commandes, je sers et je débarrasse. Au Hills, les gens se voient offrir la possibilité de se repaître dans un décor riche en traditions. Il faut qu’ils se sentent les bienvenus, mais pas non plus comme chez eux – au risque d’oublier où ils se trouvent. Exception faite de quelques clients privilégiés, qui peuvent jouir des lieux comme de leur propre salon mondain. Un de ces habitués, surnommé le Cochon à juste titre, a sa table réservée en semaine, la 10, près de la fenêtre, à une heure et demie. Le Cochon est d’ordinaire ponctuel, mais il est treize heures quarante-et-une, et il n’est toujours pas arrivé. Je fais une boucle en passant par l’entrée, pas de Cochon en vue. Pedersen, le préposé au vestiaire, lève les yeux de son journal. Pedersen est distingué et, comme on dit, manifestement, il a du métier. Les clients lui confient leurs effets personnels (vestes, manteaux, sacs, parapluies) contre un ticket qu’ils échangeront plus tard, au moment de partir, et accompagné de quelques pièces, contre ces ...