F Fiction

Roman (chantier)

Qu’aucun espace ne soit dédié

Écrivaine

Ce n’est pas le début du roman, en cours d’écriture, de Lou Kanche que nous donnons aujourd’hui, mais l’impression d’y entrer in medias res s’impose. Immédiatement prenant, le texte de cette auteure étudiante à La Cambre (Bruxelles), jamais encore publiée, laisse deviner une vraie voix. C’est l’hiver. Jeune enseignante en lettres mutée à Garges-lès-Gonesse, Norah Baume s’ennuie. Une perspective : Sofiane, 17 ans. Survêtement et beau visage. Le désir de transgression hante la narratrice jusqu’au jour où elle perd pied et prend la fuite, jusqu’à Alger. Ainsi continuons-nous notre série exploratoire d’auteurs qu’on dit parfois « en herbe ».

Les astres sont des palais où s’abritent les fauves les plus étranges. Dans un premier temps, j’y ai cherché refuge. J’ai composé le numéro d’un type qu’on m’avait recommandé. Il était voyant m’avait-on dit, mais pas que, et je n’ai jamais su ce que « pas que » signifiait vraiment. Au bout du téléphone, une voix sombre qui donnait rendez-vous. J’ai songé aux gitans des livres et des peintures saisissant les mains bourgeoises pour y lire l’avenir, Esmeralada les seins lourds. Se contraindre à produire ne mène pas à l’abondance, me répétait le type en boucle, on se trompe, claironnait-il, on se fourvoie. On arrive par hasard dans des endroits dont on n’a pas idée et par hasard donc j’étais là, dans ce bureau austère où sur l’un des murs se trouvait une reproduction du Baiser et je n’arrivais pas à me souvenir du nom du peintre, ça ne me revenait pas et le type devant moi continuait à me lire les cartes. Tout cela n’annonçait rien de bon. Jusqu’au moment où il a dit : je vois un jeune homme. Là j’ai pensé aux cieux crevant en éclairs de Rimbaud parce c’était vraiment ça, ça crevait en éclairs à l’intérieur de moi, et j’ai pressé l’homme : quoi d’autre ? vous voyez quoi d’autre ? Le type a plissé ses petits yeux, deux billes disparaissant et il a répondu : quelqu’un de proche mais avec le Diable à ses côtés, vous voyez comme l’Amoureux regarde le Diable ?, et il a pointé la face cornue et rieuse, la porte de la luxure s’ouvre. C’est le danger. Drôle de porte, j’ai ...

Lou Kanche

Écrivaine, Professeure de lettres