Lou Kanche

Écrivaine, Professeure de lettres
Lou Kanche vit et enseigne à Bruxelles. Elle est née en 1991. 
Elle s’intéresse à la question de la communauté et de ceux qui s’en écartent. Lors de ses études de lettres et d’histoire des arts à Paris, elle travaille sur la figure de l’enfant criminel et soutient un mémoire qui retrace sa généalogie, de Lautréamont à Genet. L’idée étant de saisir la façon dont cette figure, celle du jeune délinquant, construite en figure de l’anormalité par les sciences médico-sociales de la fin du XIXe, se trouve réinvestie et subvertie par toute une lignée d’écrivains et d’artistes au XXe.
Après avoir vécu en Argentine où elle travaille comme assistante-réalisatrice pour du documentaire, elle devient prof de lettres en banlieue parisienne. Elle commence alors un travail de recherche et d’écriture sur la perméabilité des milieux et la force des représentations imaginaires. Ce travail deviendra progressivement un projet de roman. Projet continué à Séville, puis finalement à Bruxelles où elle suit l’Atelier des écritures contemporaines de La Cambre.

Ses publications sur AOC

dimanche 21.06.20

Fiction

Qu’aucun espace ne soit dédié

par

Ce n’est pas le début du roman, en cours d’écriture, de Lou Kanche que nous donnons aujourd’hui, mais l’impression d’y entrer in medias res s’impose. Immédiatement prenant, le texte de cette auteure étudiante à La Cambre (Bruxelles), jamais encore publiée, laisse deviner une vraie voix. C’est l’hiver. Jeune enseignante en lettres mutée à Garges-lès-Gonesse, Norah Baume s’ennuie. Une perspective : Sofiane, 17 ans. Survêtement et beau visage. Le désir de transgression hante la narratrice jusqu’au jour où elle perd pied et prend la fuite, jusqu’à Alger. Ainsi continuons-nous notre série exploratoire d’auteurs qu’on dit parfois « en herbe ».