F Fiction

Poésie

Les herbes s’ouvrent – quatre poèmes

Artiste

Pour clore notre série consacrée aux auteurs dits « émergents », voici quatre poèmes d’une jeune artiste plasticienne diplômée de l’Ecole nationale supérieure des arts décoratifs ayant suivi les workshops de l’écrivaine Gaëlle Obiégly. Réflexion sur le langage et ses limites, la mémoire et sa distorsion, la perception de l’espace et ses cadrages font l’objet d’un travail poétique qui dialogue avec une œuvre plastique et visuelle faite notamment de réécritures, retranscriptions, « tissages de voix »… Des poèmes comme des objets qu’on faits tourner dans sa main pour les découvrir.

Motto

 

C’est d’un commun accord que nous maintenons
le silence – je l’ai admis du moins
comme une vérité simple, graduant
aussi évidemment le temps
que les miettes au sol
posées par les repas et l’intrusion
de l’extérieur vent

Les limites du langage… ne sont-elles pas
l’impossibilité de dire en quelques mots
brefs, un processus complexe,
la complétude
de ses parties, des épices, la cuisson, le trouble d’un rouge
qui pourrait être aussi
une brique teignant la pluie qui la baigne
Le bouillon, la vapeur
qui déperd les saisons,
les désoriente, mais plus la phrase s’allonge,
plus elle s’éloigne et plus
la place est vide, moi
inaudible.

Dans la soupente, je suis debout
au coin, et j’avoisine
la pente du plafond. Et debout
face au coin, la matérialité de mon image,
ma taille comblant l’espace
Je suis alors frappée par la mémoire
qu’on pourrait avoir de moi, comme un volume
qui respire, et suis alors frappée de la mémoire
Que j’ai de mes amis, de les savoir
existant grands, en présences accoudées,
longs cheveux circulant
pour permettre nos échanges

 

Damville

 

Les herbes s’ouvrent
sur deux points de fuite
angle dont le vert se courbe en s’avançant
et dont le ...

Naomi Melville

Artiste, Autrice