F Fiction

Nouvelle

La dernière forêt

Écrivain

À côté du « grand vertige » dont il a intitulé son dernier roman, à peine sorti à la fin de cet été, Pierre Ducrozet explore ici une sorte de suspension. Quand on ne sort pas vraiment du confinement, durant lequel on est parti vivre en bordure de forêt, qu’on se désadapte doucement. Sauf que l’existence en suspens du narrateur et habitant de « La dernière forêt » se noue justement à celle-ci, contre tous. Qui sait comment cela se terminera. Une nouvelle inédite.

Je me souviens encore du jour. De la couleur de l’air. Les cloches avaient sonné, allez bestiaux, c’est bon, vous êtes autorisés à repartir à la ville, au travail, à l’abattoir, à ce que vous voulez mais allez-y. Moi j’ai pas fait un geste. Léa a dit on y va. J’ai dit moi j’y vais pas. J’ai pas peur, c’est pas ça, mais je veux rester là. J’suis pas de la chair à canon, j’vois pas pourquoi j’irai m’user les mains sur les mêmes putains d’établis jusqu’à ma mort, je reste dans la forêt, je suis bien là. Comme tu voudras, m’a dit Léa. Moi je dois y aller. Tu m’appelleras quand tu seras prêt. Elle est montée dans la bagnole et elle est partie. Je l’ai regardée s’éloigner sur le petit chemin. Je me suis levé pour me resservir du café.

Je suis parti marcher sur les chemins. La forêt je l’avais fait mienne. Je connaissais tous ses recoins maintenant. On avait fait partie des déserteurs des villes, sans en être ni fiers ni honteux, quand l’annonce avait été faite on avait quitté notre deux-pièces pour nous installer ici, à T., dans cette maison familiale à l’abandon depuis quelques années – ma sœur préférait se casser ailleurs en vacances, en Toscane je crois. Pendant ces quelques mois on avait eu le temps de retaper tout ça, de refaire un jardin et un potager, d’écluser des tonneaux d’alcool et de nous déchirer, alors quand Léa a voulu repartir j’ai pas insisté.

Le chemin bifurque et arrive en haut de la colline. On émerge de la forêt, on la surplombe, massif vert...

Pierre Ducrozet

Écrivain