O Opinion

Politique

Pour un nouveau mode de scrutin : « le jugement majoritaire »

Haut-fonctionnaire

En demandant aux électeurs d’évaluer le mérite de chaque candidature soumise au vote, plutôt que de porter un « choix », parfois forcé, sur l’une d’entre elle, le jugement majoritaire renverse la théorie du choix social et les modalités de la décision collective. S’il était mis en œuvre, ce nouveau mode de scrutin permettrait de rénover l’expression démocratique.

Avec l’avènement de la démocratie libérale, l’élection est devenue l’acte civique fondamental, où l’exercice d’un droit politique individuel contribue à forger la souveraineté collective. Les travaux d’Olivier Christin sur l’histoire du vote [1] nous démontrent que pareille évolution n’avait rien d’inéluctable, et que ce progrès n’est pas irréversible. Dans les sociétés dites primitives, la recherche de l’unanimité ou du consensus prohibait toute forme d’élection, et plus encore d’élection libre régie par la règle majoritaire. Le vote par assentiment, le tirage au sort, la convocation de l’esprit saint, ou encore l’acclamation eurent, au Moyen-âge, la part belle.

L’érudition méticuleuse d’Olivier Christin nous en apprend cependant beaucoup sur le fonctionnement de quelques « sociétés électives » à compter du Moyen-âge central (XII-XIIIème siècles), au sein de communautés comme les villes, les universitas ou encore les conclaves. Ces communautés faisaient un usage du scrutin qui n’avait rien de commun avec celui que nous connaissons aujourd’hui. Pour des raisons qui peuvent être liées aussi bien à la taille et à la composition des communautés qu’à leur philosophie politiq...

Chloé Ridel

Haut-fonctionnaire, Co-fondatrice du collectif « Mieux Voter »