O Opinion

Société

Quand la haine gagne l’espace public

Philosophe et Psychanalyste

La haine sape la démocratie française. C’est le constat, implacable et inquiétant, qui peut être tiré des derniers mois. Des violences policières à l’augmentation des agressions antisémites, en passant par la brutalisation des discours politiques, tout indique que l’espace public est progressivement gagné par cet affect. La haine remplace peu à peu les discours, car toute haine est haine du langage, et la haine du langage est toujours aussi une haine de la démocratie.

La haine a gagné l’espace public. En principe, la haine est une affaire privée. De temps en temps, quelqu’un ne nous « revient » pas, ce qui signifie qu’il nous « revient » trop car sa présence dans nos pensées devient aussi obsessive qu’en cas d’amour. Nous n’en sommes pas spécialement fiers en général et savons que cela nous renvoie à des expériences anciennes qu’il nous appartient d’élucider et d’accepter pour les dépasser. La haine héritée, souvent politique, est aussi affaire privée. Comment aimer les bourreaux de ses parents ? Chacun s’en arrange.

publicité

Mais quand une telle expression de la haine parvient dans l’espace public, l’affect laisse place au discours, au combat proprement politique, c’est-à-dire langagier. La haine, elle, ne dicte aucun discours, mais elle attaque le langage et nous laisse démunis devant des invectives, des cris, des insultes qui transforment tout désaccord en affrontement. La haine est « anti-sociale ». P...

Hélène L'Heuillet

Philosophe et Psychanalyste, Maîtresse de conférence à Sorbonne université