O Opinion

International

1989, le début d’une success story allemande ?

Maîtresse de conférences en études germaniques

Après la chute du Mur, il y a 30 ans, les Allemands de l’Est ont vu leur cadre de vie radicalement bouleversé, se retrouvant dans une société dont ils ne maîtrisaient aucun code. À une exception près : dans le code de la route, les Allemands de l’Est ont imposé le maintien de la petite flèche verte qui permet de tourner à droite lorsque le feu est rouge. Personne n’y a vu un signe prémonitoire ?

Il a fallu trente ans et la montée inquiétante d’un parti d’extrême droite, avec des scores particulièrement élevés dans les nouveaux Länder, pour qu’un débat émerge enfin sur les modalités du processus d’unification allemande. Et qu’on ne s’intéresse plus seulement à l’histoire de la RDA pour y trouver causes et explications du comportement des Allemands de l’Est, mais également aux difficultés engendrées dans cette partie de l’Allemagne après son adhésion à la République fédérale le 3 octobre 1990.

publicité

En effet, il ne suffit plus de renvoyer en permanence aux déformations, réelles ou supposées, des seize millions d’Allemands sous le régime autoritaire de la RDA, mais de regarder de plus près les désenchantements vécus après 1989. Car si la RDA a existé pendant quarante ans, trente ans nous en séparent désormais. Et les dernières élections régionales ont montré que ce ne sont pas les électeurs les plus âgés qui ont le plus massivement voté pour l’AfD, mais ceux qui ont passé plus de la moitié, voire toute leur vie, dans l’Allemagne réunifiée. Bien sûr, les difficul...

Carola Hähnel Mesnard

Maîtresse de conférences en études germaniques, Université de Lille