O Opinion

International

Leçons virales de Chine

Socio-économiste, Anthropologue

L’épidémie du coronavirus, qui a depuis janvier déjà touché 50 000 personnes officiellement, fait plus d’un millier de morts en Chine, et déclenché une alerte mondiale lancée par l’OMS, a de quoi inquiéter. La responsabilité du Parti-État chinois dans la propagation de la pandémie, par sa politique absurde de rétention d’information et sa répression zélée des « lanceurs d’alerte », démontre finalement l’extrême vulnérabilité du gouvernement de Xi JinPing, qu’un virus suffit à faire vaciller.

« L’usage de la notion d’épidémie et de son association à une mortalité foudroyante et incontrôlable est immédiatement une interpellation des gens à différents niveaux, dont le premier est, comme l’ont montré les anthropologues, l’interrogation du sujet individuel sur l’occurrence potentielle d’être la victime de cet événement et surtout sur sa causalité. »

« Après ce premier niveau, l’intervention des autorités médicales puis politiques est mise en scène selon plusieurs articulations et schémas possibles. Le premier peut être la volonté de tenir la maladie cachée pour deux types de raisons : soit les responsables de santé publique sont incertains de leur diagnostic, soit les autorités politiques redoutent les effets négatifs de la diffusion de l’information comme une atteinte à leur légitimité ou une manifestation de leur impuissance. Le second schéma possible est une information générale et i...

Yann Moulier Boutang

Socio-économiste, Professeur émérite à l'Université de Technologie de Compiègne,

Monique Selim

Anthropologue, Directrice de recherche émérite à l'Institut de recherche pour le développement (IRD)