O Opinion

Politique

Parole présidentielle : commentateur n’est pas leader

Politiste

La quatrième allocution d’Emmanuel Macron sur la gestion de la crise du Covid-19 était très attendue ce lundi 13 avril. Prolongation du confinement jusqu’au 11 mai, annonce de la réouverture des écoles à partir de cette date, distribution de masques grand public : le Président de la République a soulevé autant de questions qu’il a apporté de réponses. Et celui qui parle pour s’écouter peut difficilement être celui dont la parole guide.

L’allocution télévisuelle révèle beaucoup de ceux qui nous gouvernent. De leur politique bien sûr, de leurs ambitions encore plus, de leurs limites aussi. La deuxième allocution d’Emmanuel Macron face à la crise du Covid-19 prenait selon l’Élysée ses racines dans Clemenceau. La quatrième était annoncée inspirée de Churchill. D’Outre-manche, les Français avaient pu suivre en direct, le 6 avril dernier, la prise de parole rarissime de la Reine d’Angleterre Elizabeth II : une poignée de minutes pour appeler ses concitoyens à leur responsabilité et leur insuffler de la confiance en l’avenir. Une semaine plus tard, la comparaison est cruelle : trente minutes de discours n’ont suffi ni à établir un lien de confiance, ni à partager, malgré le martèlement de la date du 11 mai, un horizon.

publicité

La mise en regard des deux discours est d’autant moins flatteuse que la référence, à travers la promesse de jours heureux retrouvés, a manqué de finesse. La valeur de la parole politique ne se mesure ...

Agathe Cagé

Politiste