O Opinion

Société

À quoi servent les citoyen·ne·s face à la crise du Covid-19 ?

Vice-présidente de la Commission nationale du débat public

La prise de parole ce mardi du Premier ministre a permis une fois de plus de le vérifier : le débat démocratique apparaît totalement absent de la gestion de la crise sanitaire. Si l’urgence politique est compréhensible, elle reste aussi questionnable par le citoyen. Plus encore, penser surmonter la crise et construire « l’après » sans les citoyens est voué à l’échec : l’inclusion de la société dans l’élaboration des politiques publiques est la clé de la réussite pour une gestion efficace du risque et des catastrophes.

Depuis quelques mois, le monde entier est confronté à la crise sanitaire liée au Covid-19. Bien que banale, au sens épidémiologique du terme, cette crise, ses causes présumées, sa gestion et ses conséquences ont suscité une remise en question dans plusieurs pays des modèles de développement, de mobilité, d’aménagement du territoire et d’urbanisation associés à la mondialisation et au capitalisme.

Plusieurs slogans ou formules qui ont récemment circulé dans la sphère publique et médiatique résument cette remise en question : « On ne reviendra pas à la normalité, car c’était la normalité le problème » ; « Rien ne sera plus comme avant ». De la même manière, fleurissent les initiatives et les appels à penser collectivement et avec les...

Ilaria Casillo

Vice-présidente de la Commission nationale du débat public, Géographe, maîtresse de conférence, , chercheuse au laboratoire Lab’Urba