Politique culturelle

Réinventer la politique par la culture

Ancienne ministre de la Culture

Interpellé par le monde de la culture, le président Macron s’apprête à annoncer des « premières décisions » pour soutenir ce secteur très durement touché par la crise sanitaire. À cette occasion, il faut rappeler l’importance de la culture non seulement pour la bonne santé de l’économie, mais surtout pour celle de la démocratie. Alors que les distributeurs numériques profitent de la crise sanitaire pour étendre leur emprise, il est grand temps d’inventer une autre politique culturelle.

À la veille des annonces du président de la République, interpellé par certains artistes sur l’urgence de mesures en faveur de la culture, il faut une fois de plus rappeler que la culture n’est pas un luxe que l’on peut s’offrir quand tout le reste va bien. À un monde productiviste qui pensait pouvoir affirmer que la culture n’est pas un bien vital, le confinement aura montré, s’il en était besoin, à quel point la culture est essentielle à la vie, et à la survie même.

publicité

Prisonniers volontaires que nous sommes devenus, inquiets de notre avenir commun, soumis à un bouleversement fracassant de notre mode de vie, et de notre être le plus intime, de quoi avons-nous davantage besoin que de lecture pour sortir de nos murs, de musique pour chanter de fenêtre à fenêtre, de films pour franchir les frontières qui se sont refermées, et de danse pour réapprendre la liberté de nos corps entravés ?

Je dis culture et non pas art, car la culture est cette activité sociale qui se déploie autour et à partir de l’art grâce à des structures sociales, des politiques publiques et des passions privées, mais toujours dans l’espace public de l’échange avec l’autre. Elle est évidemment ce qui rend possible l’art, mais pas toujours et pas seulement. Elle en est la porte d’accès mais parfois le chemin lui-même est aussi émouvant que la destination : fréquenter la culture c’est aussi aimer s’évader sur ses sentiers de traverse, parfois sans autre but que de flâner à la dérive.

À ceux qui avaient tenté depuis plusieurs années de faire de la culture une marchandise comme les autres, cette crise apporte une réponse fracassante : la culture est avant tout générosité et partage. Les artistes ont fait face à la crise, unis dans un élan peu commun pour mettre à la portée de tous des créations originales produites en confinement, nous offrant des moments de bonheur fugaces : pas de deux dans une cuisine, reprises mythiques de chansons populaires, concertos dans son salon, pièces de théâtre et o


Aurélie Filippetti

Ancienne ministre de la Culture, écrivaine et professeure agrégée à Sciences Po