O Opinion

International

Le prisme orientaliste de la gestion du coronavirus par l’Occident

Politiste et juriste

Quel régime politique est le plus efficace en temps de pandémie ? La comparaison entre « l’Occident démocratique » et « la Chine totalitaire » fait rage depuis le début de la crise sanitaire. Au risque de peser sur les décisions en matière de santé : le retard des démocraties occidentales dans la prise en compte du danger que représentait le Covid-19 peut ainsi être lié à l’incapacité de l’Occident à se penser en semblable de la Chine. Cette façon de penser a un nom : l’orientalisme.

Quel meilleur régime face au coronavirus, démocratie ou dictature ? Quelle meilleure culture face à la pandémie, communautarisme ou individualisme ? Confucianisme ou judéo-christianisme ? Depuis que le monde entier est confronté simultanément au même virus, l’art de la comparaison internationale connaît un regain d’intérêt, déployant ses mille variations sur un thème commun : la réponse au Covid-19.

publicité

Durant les premières semaines de février, l’existence même de l’épidémie semblait découler presque mécaniquement des caractéristiques autoritaires de la Chine : absence de liberté d’expression d’une part, verticalité et bureaucratie du pouvoir d’autre part. La première avait supprimé la parole du Dr. Li Wenliang quand la seconde avait freiné la remontée d’informations du pouvoir local vers le pouvoir central, avec le résultat que l’on connaît : pandémie mondiale, chômage de masse et récessio...

Eugénie Mérieau

Politiste et juriste, chercheuse au Centre d'Etude du Droit Asiatique de l'Université Nationale de Singapour, au CERI (Sciences Po-CNRS), à l'Institut d'Asie Orientale (ENS Lyon-CNRS) et à l'IRASEC (MAE-CNRS)