O Opinion

Société

Nous sommes en care

Sociologue

« Nous sommes en guerre » : à la lumière de ce que nous savons des interdépendances qui caractérisent notre époque, l’expression présidentielle face à l’épidémie de Covid-19 est apparue comme un contre-sens historique, témoin de la difficulté qu’ont les acteurs de l’ancien monde à comprendre, qu’à l’inverse, « nous sommes en care », c’est-à-dire obligés de « prendre soin » des humains et des non-humains à tous les niveaux d’échelle.

Bien avant l’apparition de l’épidémie mondiale de Covid-19, les sciences de l’environnement et les sciences sociales avaient commencé à prendre ce que l’on peut appeler le « tournant anthropocène », c’est-à-dire la manière de prendre acte que c’est dorénavant de l’action ou l’inaction humaine que dépend la survie de l’humanité, partie prenante d’un environnement devenu moins hostile que fragile.

publicité

Cette formulation permet d’évoquer le moment historique où nous nous trouvons, celui d’une seconde modernité où les conséquences contemporaines de la première modernité étendent nos interdépendances et questionnent les solidarités héritées de la modernité tout autant qu’elles appellent d’autres formes possibles de solidarité.

Depuis longtemps déjà, penser sortir des impasses occidentalocentrique, patriarcale, capitaliste, extractiviste et positiviste de la modernité en parlant de « postmodernité » n’avait plus de sens. Le monde n’est pas libéré de l’hég...

Eric Macé

Sociologue