O Opinion

Politique culturelle

Absence – à propos des théâtres vides

Directeur du Théâtre de la Bastille

Depuis des mois, les pouvoirs publics s’obstinent à maintenir les théâtres vides. Que cette fermeture soit provisoirement nécessaire, soit… mais attention. Car si l’on considère que la fermeture des salles ne répond qu’à l’absence d’un plaisir passager, il n’y a pas grand drame. Mais décidément, non. En interdisant les théâtres, ce n’est ni de l’essentiel ni du non-essentiel dont le pouvoir nous prive. Plutôt, il ampute notre commune appartenance au monde.

Je voudrais essayer de dire pourquoi, en évitant toute attitude de révolte radicale ou même tout appui empirique – aucun « cluster » n’a été observé dans les théâtres dont les pays ont autorisé l’exercice dans le respect de mesures sanitaires strictes – pourquoi il est difficile de comprendre l’obstination de nos pouvoirs et l’empêchement qui en résulte. Depuis des mois, nous dirigeons des théâtres vides ; je préside un théâtre sans œuvre. Ici et là, certains cherchent des substituts généreux, manifestent une volonté d’action ou de présence que je ne critique pas, mais qui soulignent malgré eux la réelle absence d’œuvres dans la forme qui fait théâtre : le face à face, la présence des corps dans l’échange des paroles.

publicité

Quelques-uns ont ironisé à juste titre – c’était tentant et facile – sur la partition de l’essentiel et du non-essentiel. Pourtant, on ne peut contester que manger à sa faim soit plus indispensable à la vie que d’aller au théâtre. La survie...

Jean-Marie Hordé

Directeur du Théâtre de la Bastille, Paris