A Analyse

Politique

Un an après, l’élection d’Emmanuel Macron au défi de l’interprétation

Politiste

Il y a tout juste un an, le 23 avril 2017, Emmanuel Macron arrivait en tête du premier tour de la présidentielle, devant Marine Le Pen. Cela marquait de fait la conclusion d’une campagne qui avait suscité de nombreux commentaires sur la « disruption » du système politique français, l’écroulement des candidats PS et LR étant interprété comme la fin du clivage droite-gauche. Un an plus tard, cette recomposition apparaît, à la lumière de la science politique, plus nuancée.

Faire un retour sur l’élection, il y a tout juste un an, d’Emmanuel Macron n’est pas complètement simple. Si le président de la République a déjà effectué 20 % de son mandat et si l’année écoulée a été particulièrement dense en termes de réformes mises en route, analyser la portée de la séquence électorale de 2017 dans l’histoire de la Ve République ne va pas sans difficulté : analysons-nous un événement fondateur qui, à partir d’une grande rupture, va progressivement recomposer pour une longue durée le système partisan et l’espace idéologique français ? Ou analysons-nous une parenthèse, spectaculaire et sans précédent, mais destinée à se refermer un jour ? Avons-nous assisté à un moment politique équivalent dans son ampleur et ses conséquences aux débuts de la Ve République en 1958, ou avons-nous assisté à la réplique de l’élection en 1974 de Valéry Giscard d’Estaing ?

Si l’on peut faire de nombreux parallèles entre Emmanuel Macron et le président centriste qui rêvait de réunir « deux français sur trois » (le score d’Emmanuel Macron au second tour), le contexte n’est toutefois pas le même et surtout sur un point central : en 1974, le nouveau Président prenait appui sur une coalition politique qui malgré ses fortes tensions reposait fondamentalement sur le clivage gauche-droite (l’alliance des néo-gaullistes et des libéraux, qui préfigura l’alliance RPR-UDF) tandis qu’Emmanuel Macron a conquis l’É...

Bruno Cautrès

Politiste, Chercheur CNRS au Cevipof, professeur à Sciences Po Paris