A Analyse

Éducation

Les enfants d’immigrés à l’école : l’origine des inégalités scolaires

Sociologue et démographe

Et si, au lieu de le déclarer aussi péremptoirement que faussement massif, on examinait sociologiquement l’échec scolaire des enfants d’immigrés ? Cela permettrait d’en finir avec l’opposition caricaturale entre explication par la « culture d’origine » et explication par l’« origine sociale » – et, enfin, de mieux saisir comment ces deux registres de déterminations s’articulent.

En France, comme dans de nombreux autres pays, les discours politiques, médiatiques et parfois scientifiques sur l’immigration sont largement déterminés par sa perception comme un problème social. À ce titre, le thème de l’échec scolaire des enfants d’immigrés constitue un refrain, souvent associé à la dénonciation des carences supposées des familles immigrées, à l’absence de « volonté d’intégration » de leurs enfants et, plus rarement, aux dysfonctionnements du système scolaire.

Les effets sociaux à long terme de l’immigration s’évaluent moins à travers l’étude des immigrés eux-mêmes que par l’analyse des trajectoires de leurs descendants. En France, près d’un quart des enfants d’âge scolaire ont au moins un parent immigré. Parallèlement à la croissance démographique des enfants d’immigrés, la place de l’éducation scolaire est devenue de plus en plus centrale. Du fait de la massification de l’enseignement secondaire, puis supérieur dans la deuxième moitié du XXe siècle, une part toujours plus importante des jeunes générat...

Mathieu Ichou

Sociologue et démographe, Chargé de recherche à l'Ined