A Analyse

Politique

Fake news : l’arbre qui cache la forêt

Mathématicien

Bien plus inquiétant que les fake news, l’astroturfing consiste à bombarder les internautes finement définis grâce au Big Data de messages calibrés à leur intention, redoublant la menace qui pèse sur nos démocraties. La dernière élection présidentielle a donné une illustration glaçante de cette pratique que certains progrès techniques rendent de plus en plus simple.

On parle beaucoup de fake news ou de fausses informations depuis la campagne présidentielle de 2017. Après l’irruption de ce terme dans notre quotidien et nos médias suite à la victoire de Donald Trump, les fake news ont fait figure de nouvelle menace pour nos démocraties et ont été l’objet de nombreuses études scientifiques. L’une d’entre elles, parue récemment dans la prestigieuse revue Science, démontrait à partir d’une analyse des contenus américains de Twitter, que les fausses informations politiques se propagent plus vite et touchent en moyenne plus de personnes au sein de l’espace public numérique que tout autre type d’information.

Ce résultat peut paraître alarmant et justifier l’engouement des médias et de l’exécutif pour ce phénomène. Les fausses informations sont cependant l’arbre qui cache la forêt.

Pour bien comprendre les enjeux, précisons qu’une fausse information n’est ni une opinion, ni un avis, m...

David Chavalarias

Mathématicien, Directeur de Recherche CNRS au Centre d’Analyse et de Mathématique Sociales de l’EHESS