Europe

Européennes 2019, le retour des outsiders

Politiste

Depuis leur création en 1979, les européennes ont été réformées à deux reprises par le gouvernement en place : en 2003 et plus récemment en 2018 en vue du scrutin prochain. Détour par l’histoire de ces élections particulières pour en révéler l’impact sur la politique intérieure et les enjeux pour le vote du 26 mai 2019.

On sait que l’élection européenne reste un scrutin secondaire. « De second ordre » dit-on souvent en science politique pour marquer son moindre intérêt pour les acteurs traditionnels de l’élection par rapport aux échéances nationales, notamment présidentielles et législatives. De fait, lors des scrutins européens, l’investissement des formations partisanes et la couverture des médias sont plus faibles de longue date, tout comme la participation électorale passée sous la barre des 50% depuis l’élection de 1999. C’est là tout le paradoxe des européennes.

Publicité

 

Si le scrutin reste secondaire, il gagne en importance au fil du temps et, surtout, il produit parfois des effets de premier ordre. Depuis les années 1990, l’élection européenne est venue régulièrement affecter les équilibres politiques nationaux. Plusieurs partis ou leaders charismatiques ont pu appuyer leur entreprise politique sur une élection européenne faisant office de marchepied et génératrice de notoriété, de légitimité ainsi que parfois de ressources matérielles pour la vie politique.

Un indice est révélateur de ce potentiel déstabilisateur du paysage politique national en France : le fait que, pour s’en prémunir, le scrutin européen ait été réformé par le parti au pouvoir par deux fois en quinze ans. C’est le cas en 2003 sous le gouvernement Raffarin et en 2018 sous la présidence d’Emmanuel Macron. Les enjeux et les effets de ces réformes électorales méritent qu’on y revienne, car le détour par les cuisines (électorales) permet souvent de mieux juger de la qualité du menu (politique)…

Les spécificités de l’élection européenne vont favoriser le développement du souverainisme en France contre l’UE de Maastricht et de Bruxelles.

C’est notamment dans les années 1990 que l’élection européenne devient un élément perturbateur en puissance du jeu politique national. Au sein d’un système français marqué par des élections à scrutin majoritaire traditionnellement favorable aux partis dominants, l’élection


Emmanuelle Reungoat

Politiste, Maîtresse de conférence en sciences politique, chercheuse au CEPEL, co-directrice du Département de science politique de l'Université de Montpellier

Rayonnages

Europe