A Analyse

Santé

Psychiatrie : quand il s’agit de libérer les lits à défaut des malades…

Sociologue

Un récent rapport de la Commission des affaires sociales de l’Assemblée Nationale vient d’en apporter une nouvelle preuve : la psychiatrie française traverse une grave crise. A l’ère de la Nouvelle gestion publique de l’hôpital, les soignants sont invités à libérer les lits à défaut de libérer les malades… Cet état de fait entre largement en contradiction avec l’héritage théorique et pratique des professionnels de santé qui perdent du même coup le sens de leur activité.

Le rapport Fiat-Wonner de la Commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale (septembre 2019) portant sur l’organisation de la santé mentale est sans appel : la psychiatrie et la santé mentale sont en crise. Suroccupation des lits, souffrance des usagers et des professionnels de santé, offre ambulatoire insuffisante, incapacité à prendre en charge de façon humaine les usagers, etc., les griefs sont nombreux. Les rapporteur.rice.s, Martine Wonner (LREM) et Caroline Fiat (LFI), invitent à une refonte de l’offre de soins en opérant un virage ambulatoire et en plaçant les usagers au cœur de la prise en charge. Ce rapport est l’occasion d’analyser la manière dont, à l’ère de la nouvelle gestion publique, la psychiatrie publique hospitalière prend en charge la souffrance psychique et morale.

Publicité

À l’intérieur des unités de soins psychiatriques, la tension est palpable. La pression à vider les lits est, pour les soignants, insoutenable. Trop nombreux par rapport à l’offre de soins, les usagers sont appréhendés en termes de flux qu’il f...

Frédéric Mougeot

Sociologue