A Analyse

International

L’Europe centrale à l’heure du Corona : entre résilience sanitaire et défaillance démocratique

Politiste

Le Parlement hongrois a approuvé ce mardi 16 juin la fin de l’état d’urgence qui permettait à Viktor Orban de gouverner par décrets depuis plus de deux mois. Si les États ont dû partout prendre des mesures coercitives pour endiguer l’épidémie de Covid-19, les « démocraties illibérales » y ont trouvé une nouvelle occasion de restreindre la liberté de la presse et des institutions parlementaires. L’épidémie laissera des traces politiques, particulièrement en Hongrie et en Pologne, et un affaiblissement de l’Etat de droit.

La crise du Covid-19 a servi dans toute l’Europe de révélateur et d’accélérateur de tendances préexistantes. Cela vaut pour l’UE qui dans les crises a d’abord montré son impréparation avant d’étaler ses divisions pour enfin trouver des solutions de compromis. C’est vrai aussi pour le clivage Nord-Sud dans la zone euro, retrouvé une décennie après la crise financière.

publicité

En Europe centrale aussi, l’effet Corona a accentué une dérive autoritaire déjà engagée en Hongrie et en Pologne, alors même que les pays du Groupe de Visegrád étaient en train de montrer une meilleure capacité à faire face à la pandémie que ceux de l’Europe occidentale. Pas de lien entre les deux, même si c’est ce que voud...

Jacques Rupnik

Politiste, Professeur à Sciences Po