Mathieu Potte-Bonneville

Philosophe

Mathieu Potte-Bonneville est philosophe, maître de conférences à l’ENS Lyon, ancien président du Collège international de philosophie, ancien responsable du pôle « Idées et savoirs » de l’Institut français (où il met en place la Nuit des idées) et aujourd’hui directeur du Département Culture et Création du Centre Pompidou.

Spécialiste de l’œuvre de Michel Foucault, il a notamment publié Michel Foucault, l’inquiétude de l’histoire (PUF, 2004) et D’après Foucault. Gestes, luttes, programmes avec Philippe Artières (Seuil, 2012).

Co-fondateur de la revue Vacarme (www.vacarme.org), il interroge les transformations de la tâche critique aujourd’hui en contribuant aussi à renouveler les espaces d’expression et de rencontre entre pensée, engagement, mobilisation et création.

Parce que les formes de la pratique s’entretissent avec la fiction, il écrit régulièrement sur le cinéma (D. Lynch, A. Weerasethakul), les séries (The Wire, Game of Thrones) ou la littérature dans son dernier livre, Recommencer (Verdier, 2018).

Ses publications sur AOC

jeudi 06.08.20

Opinion

Réfugiés, exilés : quand l’Europe s’en lave les mains

par et

Le camp de Moria, sur l’île de Lesbos, est ce que l’on appelle un hotspot, c’est-à-dire un centre de triage pour les migrants arrivant en Europe. Là-bas, à Idlib ou ailleurs, aux frontières de l’Europe, les corps s’entassent dans un invivable sursis, attendant d’être refoulés à l’extérieur. Alors que la panique autour du coronavirus, qui se répand comme un brouillard opaque, vient dissimuler cette crise humanitaire – sans précédent depuis 2011, dit-on – il est nécessaire d’agir contre la barbarie, et pour de nouveaux espoirs. Rediffusion du 12 mars 2020

vendredi 19.06.20

Opinion

Covid-19 : une crise biopolitique ?

par

Pour tenter de comprendre la situation pandémique, le concept de biopolitique introduit par Michel Foucault en 1976 a été largement réutilisé et a pu sembler perdre en clarté ce qu’il gagnait en puissance de dramatisation. Mais l’usage des termes de biopolitique ou de biopouvoir apparaît dans les écrits de Foucault particulièrement labile. Ce sont des balises pour une recherche en cours, que l’on pourrait convoquer pour tracer dans le présent des directions de réflexion.

jeudi 12.03.20

Opinion

Réfugiés, exilés : quand l’Europe s’en lave les mains

par et

Le camp de Moria, sur l’île de Lesbos, est ce que l’on appelle un hotspot, c’est-à-dire un centre de triage pour les migrants arrivant en Europe. Là-bas, à Idlib ou ailleurs, aux frontières de l’Europe, les corps s’entassent dans un invivable sursis, attendant d’être refoulés à l’extérieur. Alors que la panique autour du coronavirus, qui se répand comme un brouillard opaque, vient dissimuler cette crise humanitaire – sans précédent depuis 2011, dit-on – il est nécessaire d’agir contre la barbarie, et pour de nouveaux espoirs.

dimanche 10.02.19

Fiction

Avant / après la fin du monde

par

La fin du monde n’arrive pas. Non qu’il ne faille pas la prendre au sérieux, mais elle prend tout son temps. Voudrait-on savoir une date, un point final, à cette fin ? Mathieu Potte-Bonneville propose justement de « penser à la fin du monde » et fait ici le récit de cette pensée. Où la précision fine de l’auteur rend savoureuse l’intelligence qu’il a d’objets aussi divers que le paradoxe du sorite, le malheur, le graveur Escher, le slash, et jusqu’à l’insomnie. Et où l’on tentera de se dégager de l’alternative du « tôt ou tard ».

vendredi 10.08.18

Analyse

Le progressisme, work in progress

par

À une époque où l’idée de Progrès semble bien battue en brèche, le retour du mot « progressisme » a de quoi frapper. Au-delà du paradoxe, il s’agit d’analyser ce que cette tendance dit de notre rapport au temps et au monde. Si l’avenir est en crise, il faut aussi tenter de repérer les contre-feux qui tentent de s’inventer et les directions suivies par celles et ceux qui entendent au présent réarmer leur progressisme. Rediffusion d’été.