A Analyse

International

Nébuleuse conservatrice, coronavirus et élections américaines

Historienne

Si Donald Trump a déclaré mercredi 1er juillet n’avoir « aucun problème » à porter un masque, ses partisans qui manifestent un peu partout aux États-Unis continuent de scander « My body my choice. #No Masks ». Ce détournement du slogan des militants pour l’avortement montre que le mouvement du Tea Party est toujours actif, tout comme ses principes conservateurs et ses critiques d’un système de santé public considéré comme « socialiste ».

En Pennsylvanie, le 20 avril, plusieurs centaines de manifestant·e·s se rassemblent à Harrisburg, la capitale de l’État pour demander au gouverneur démocrate Tom Wolf d’autoriser les entreprises et les commerces à rouvrir leurs portes. Devant la foule de manifestant·e·s rassemblée au pied du Capitole, une procession de voitures défile en klaxonnant ou en arborant des pancartes sur lesquelles on peut lire « Re-open PA », « Stop the tyranny », « Governor Wolf is PA’s Adolf Hitler » ou encore « My Body, My choice. #No masks ». Des intervenants prennent ensuite la parole pour témoigner de leur mécontentement face aux décisions prises par le gouverneur pour endiguer l’épidémie de Covid-19.

publicité

Plusieurs rassemblements de ce type ont été organisés depuis le 15 avril dans treize États américains comme le New Hampshire, le Maryland, le Texas, le Michigan, la Floride ou l’Ohio. Compte tenu du c...

Marion Douzou

Historienne, Maîtresse de conférence à l'Université Lyon 2