Caroline Boulord

Écrivaine, Physicienne

Physicienne de formation, Caroline Boulord a travaillé pendant plusieurs années en tant que chercheuse et enseignante en sciences des matériaux en France et en Belgique. En parallèle, elle a mené une pratique de l’écriture, de la lecture performée et du théâtre au sein de collectifs. Depuis 2014, elle publie des textes dans des revues de poésie et collabore avec la maison d’édition belge MaelstrÖm en participant à l’organisation d’un festival annuel international de poésie à Bruxelles.

Elle intègre en 2016 le master de Création littéraire de Paris 8, au sein duquel elle achève un premier roman, « La mère de Satan », qui se présente comme une double narration croisant la voix intérieure d’une chimiste ayant échappé aux attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles et les souvenirs possibles d’Anissa Makhlouf, la mère de Bachar al-Assad, personnalité énigmatique restée dans l’ombre jusqu’à sa mort. L’avancement a été suivi en particulier par Pierre Bayard. Ces deux années ont également été l’occasion d’enrichir sa réflexion autour des formes littéraires « hors-livre ». On peut citer la mise en place d’un dispositif d’écriture collective initié par Olivia Rosenthal au Théâtre Gérard-Philippe en novembre 2017, la création de médias fictifs alimentés en temps réel initiée par Lionel Ruffel et menée à l’Espace Khiasma de janvier à mars 2017 ainsi que des ateliers d’écriture dans et hors les murs de l’université, notamment lors du festival Camping au Centre national de la danse à Pantin en juin 2018.

Aujourd’hui, elle vit à Bruxelles et poursuit son travail mêlant science et écriture. Elle se consacre notamment à l’écriture d’un second roman, à l’élaboration d’une pièce de théâtre, « Poussière », de fictions radio et de poèmes, et donne des ateliers d’éveil à la science et de réflexion éthique dans des écoles. Elle a également adapté le second recueil de poésie de l’auteur syrien Omar Youssef Souleimane (à paraître bientôt).

Site de l’auteure : www.avantlavirgule.fr

Ses publications sur AOC

dimanche 28.06.20

Fiction

Accord de confidentialité

par

Suite de nos découvertes d’auteurs « en herbe ». Caroline Boulord, qui a suivi le master de création littéraire de Paris 8, revisite aujourd’hui le topos de l’entreprise, et plus particulièrement la scène du licenciement. Une langue ferme et précise, sans fioritures inutiles, rend sensible le vertige d’une jeune chercheuse à qui l’on annonce le départ forcé, ainsi que la réalité d’un monde arbitraire où l’on prend conscience de son interchangeabilité.