Henry David Thoreau

Ecrivain, Philosophe, Naturaliste

Henry-David Thoreau (1817-1862) est bien sûr célèbre pour son œuvre majeure, Walden ou la vie dans les bois (1854), traduit en France pour la première fois en 1922 par Louis Fabulet, à la NRF, puis maintes fois ensuite.

Thoreau est proche du poète Ralph Waldo Emerson, propriétaire, à Concord (petite ville natale de Thoreau), du terrain situé autour de l’étang de Walden, où il effectuera en effet sa célèbre retraite volontaire à partir du 4 juillet 1845, et pendant deux ans.

Diplômé d’Harvard, un temps instituteur, professeur, tuteur, mais aussi arpenteur, Thoreau est un infatigable marcheur qui tient son journal, source de nombre de ses écrits, à partir de 1837. Ardent défenseur de l’abolition de l’esclavage comme des châtiments corporels, critique de la société productiviste, il est considéré comme l’auteur d’une œuvre de philosophe, de poète, de naturaliste.

Les Éditions Finitude ont entrepris depuis 2012 l’édition de l’intégralité de son journal. Les cinq volumes existants à ce jour sont traduits, annotés et présentés par Thierry Gillybœuf, lui-même écrivain, et traducteur de très nombreux écrivains anglais, américains, mais aussi italiens.

Ses publications sur AOC

dimanche 13.09.20

Fiction

Journal V – 1851

par

Pour clore notre saison de bonnes feuilles étrangères, vivons nos derniers jours d’été en même temps que Henry David Thoreau. Paraîtra bientôt aux éditions Finitude le volume V de son journal, matrice de son œuvre, traduit et annoté par Thierry Gillybœuf. Trois ans avant la parution de Walden, du 2 janvier au 31 août 1851, Thoreau consigne, de près, les floraisons, les gels et dégels, les insectes et les oiseaux, et ce que ça lui fait — comment approcher « la vie sauvage » et l’Amérique d’avant l’homme blanc. Fin d’été inédite.