Richard Powers

Écrivain

Richard Powers est un écrivain américain née à Evanston dans l’Illinois en 1957. Après des études de physique à l’Université de l’Illinois à Urbana-Champaign, il commence des études de littérature et obtient son Master of Art en 1980 à la même université, avant d’être nommé professeur d’anglais à l’UIUC en 1996.

Richard Powers devient un auteur reconnu aux États-Unis au début des années 1990, avec des romans explorant la relation entre sciences et art (notamment la musique). Il a écrit une dizaine d’ouvrages salués par la critique, dont Le temps où nous chantions, élu meilleur livre de l’année 2003 par le New York Times et le Washington Post, La Chambre aux échos, récompensé par le National Book Award en 2006, et L’Arbre-monde, couronné du prix Pulitzer de la fiction 2019. Son dernier roman, Sidérations, est publié en 2021 aux éditions Actes Sud, dans une traduction de Serge Chauvin (également traducteur de L’Arbre-monde).

Serge Chauvin a aussi traduit de l’anglais Jonathan Coe, Steven Wright, Paul West, Colson Whitehead et Zadie Smith. Il est par ailleurs enseignant-chercheur au sein du département Langues et cultures étrangères de l’Université Paris-Nanterre, où il co-anime le CICLAHO (groupe de recherche sur le cinéma classique hollywoodien). Sa thèse, soutenue en 1996 à Paris 4, portait sur L’écran de la conscience : le film, modèle et matrice de la fiction chez Pynchon, Coover, DeLillo.

 

Ses publications sur AOC

dimanche 19 septembre

Fiction

Sidérations

Par

« Elles ont beaucoup en commun, l’astronomie et l’enfance. (…) Toutes deux en quête de faits hors de portée », confesse un astrobiologiste, père d’un enfant de 9 ans. Un enfant orphelin de sa mère,... lire plus
25 août 2019

Fiction

Opération âme errante

Par

Un hôpital pédiatrique à Los Angeles et la folie de l’Amérique, ce grand corps malade, rendue dans une prose fiévreuse, drôle et bouleversante. Paru en 1994, et traduit en France seulement en cette rentrée par... lire plus