Robert McLiam Wilson

Ses publications sur AOC

vendredi 18.09.20

Opinion

La fable du Docteur Bouhou

par

Il était une fois le Docteur Bouhou, l’homme qui pleurait sans cesse. Il pleurait dans la presse, il pleurait en langues étrangères. Ses pleurs étaient sous-titrés. On l’invitait à la radio pour qu’il pleure. Alors il pleurait aussi à la radio. Les gens l’écoutaient en conduisant, agitant la tête et tapant du pied au rythme de ses sanglots. Personne, nulle part, n’avait jamais autant pleuré, pendant si longtemps. En tout cas, pas à la télévision. Une fable de l’écrivain Robert McLiam Wilson, contributeur régulier – précisons-le d’emblée – de Charlie Hebdo.

lundi 23.12.19

Critique

L’art et la manière de critiquer son boss – à propos d’Une minute quarante-neuf secondes de Riss

par

Après l’attentat de janvier 2015, le grand romancier irlandais Robert McLiam Wilson, auteur de Ripley Boggle et Eureka Street, a décidé d’écrire régulièrement dans Charlie Hebdo. Il était dès lors peut-être le moins bien mais plus certainement le mieux placé pour écrire sur le livre du directeur de l’hebdomadaire, Riss : c’est pourquoi nous lui avons demandé de le faire. Rediffusion du 18 novembre 2019.

lundi 18.11.19

Critique

L’art et la manière de critiquer son boss – à propos d’Une minute quarante-neuf secondes de Riss

par

Après l’attentat de janvier 2015, le grand romancier irlandais Robert McLiam Wilson, auteur de Ripley Boggle et Eureka Street, a décidé d’écrire régulièrement dans Charlie Hebdo. Il était dès lors peut-être le moins bien mais plus certainement le mieux placé pour écrire sur le livre du directeur de l’hebdomadaire, Riss : c’est pourquoi nous lui avons demandé de le faire.