Sylvie Vassallo

Directrice du Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil

Sylvie Vassallo, après une maîtrise d’économie, a exercé les métiers de journaliste puis de directrice de publication de la revue Avant-garde jusqu’en 1992. Engagée dans la vie culturelle et associative, elle s’investit dans le mouvement des jeunes communistes qu’elle dirige de 1993 à 1999. Elle y développe plusieurs mouvements de solidarité internationale, dont « L’appel du Petit Prince », un mouvement de solidarité active pour les enfants d’Algérie qui a permis de collecter 30 000 livres pour les associations et les hôpitaux du pays. Sa passion des livres pour enfants et des images la conduit à passer le concours de bibliothécaire qu’elle obtient en 1999.

S’intéressant particulièrement aux évolutions numériques, c’est en tant que responsable multimédia qu’elle rejoint le Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis, l’un des plus grands festivals littéraires jeunesse en Europe, dont elle est directrice depuis 2001. En 2011, elle y crée notamment L’École du livre de jeunesse : un centre de formation à la médiation littéraire dédiée à toutes les formes de narration pour enfants.

Elle y assume également à de nombreuses reprises la fonction de commissaire d’expositions d’illustrations (telles Le Petit Chaperon rouge, 2006 ; Jubilo, 2009, Face à face, 2017 ; etc.). Formatrice, elle est également auteure de nombreuses publications (« Les enfants et les livres d’abord ! », Spirale, 20, 2001 ; Les Dessous du Petit chaperon rouge, réflexions sur un conte illustré et ses illustres illustrations, Mango, 2004 ; Banlieue, lendemains de révolte, ouvrage collectif, La Dispute, 2006 ; « Le Salon du livre de jeunesse », Bibliothèque, enfance et jeunesse, Le Cercle de la librairie, 2017 ; etc.).

Ses publications sur AOC

mercredi 28 .02

Opinion

Le département, indispensable maillon culturel

par Sylvie Vassallo

Le cas du Salon du livre et de la presse jeunesse, qui se tient à Montreuil depuis près de 35 ans, permet de penser la nécessaire imbrication d’une politique culturelle et d’une politique territoriale efficaces. C’est ce mode d’articulation, répandu, que vient menacer le projet de suppression des départements.