Valérie Zenatti

Écrivaine, Scénariste, traductrice
Valérie Zenatti est écrivaine et scénariste. Elle traduit également en français l’œuvre de l’écrivain israélien Aaron Appelfed.
Prix du livre Inter en 2015 pour Jacob, Jacob, elle est couronnée du Prix Essai France Télévisions 2019 pour Dans le faisceau des vivants (tous deux aux Éditions de L’Olivier).
La série Possessions, dont elle co-signe le scénario, sera diffusée sur Canal+ à la rentrée 2020.

Ses publications sur AOC

dimanche 31.05.20

Fiction

Le Cinquantenaire

par

« Le Premier Grand Confinement a conduit à une accélération qui a poussé les unes et les autres à penser un peu plus à partir de l’inattendu et un peu moins à partir de la répétition. » Tels sont les mots de Clara Mathusalem au micro d’Achille Vidal, le producteur du « Temps suspendu » spécialement consacré ce soir-là au cinquantième anniversaire de cet événement historique. Le confinement a eu d’importantes conséquences psycho-sociales, on le sait. En observer les effets sur la vie de la langue est ce que nous fait découvrir la célèbre tempo-linguiste. Il fallait une écrivaine comme Valérie Zenatti pour mettre en scène la langue, le silence qu’elle contient, son rapport au temps – avec la légèreté d’une histoire d’amour. Une nouvelle inédite.

jeudi 08.08.19

Critique

Chacun a un nom — à propos d’Isaac de Léa Veinstein

par

Riche de découvertes, de certitudes et de doutes, de fragilité mise en mouvement, Isaac, premier récit de Léa Veinstein, prend la forme d’une quête autobiographique dont l’enjeu est la recherche des multiples incarnations de ce (pré)nom nichées dans les replis de l’oubli, des non-dits d’une famille, des zones incertaines de l’histoire : quelle est l’histoire de cet arrière-grand-père rabbin ayant continué à exercer le culte à Neuilly en pleine Occupation ? Rediffusion du 30 avril 2019.

mardi 30.04.19

Critique

Chacun a un nom — à propos d’Isaac de Léa Veinstein

par

Riche de découvertes, de certitudes et de doutes, de fragilité mise en mouvement, Isaac, premier récit de Léa Veinstein, prend la forme d’une quête autobiographique dont l’enjeu est la recherche des multiples incarnations de ce (pré)nom nichées dans les replis de l’oubli, des non-dits d’une famille, des zones incertaines de l’histoire : quelle est l’histoire de cet arrière grand-père rabbin ayant continué à exercer le culte à Neuilly en pleine Occupation ?