C Critique

Agnès Geoffray – Du geste en suspens

Critique

Deux expositions présentent en ce moment le travail de l’artiste plasticienne Agnès Geoffray : Before the eye lid’s laid au Point du jour à Cherbourg et Battling with the Wind à la galerie Florent Maubert à Paris. Ses œuvres proposent une relecture de l’histoire, et de sa brutalité, où réel et fiction s’entrelacent. Un travail sur l’image et les gestes qui déjoue nos repères perceptifs pour amener à voir autrement.

Le travail d’Agnès Geoffray se déploie depuis quelques années entre la photographie, l’image arrêtée, en mouvement ou en semi-mouvement, le texte et la performance, interrogeant notre rapport à l’histoire, à sa violence et à ses traces, aux gestes qui la traversent, aux récits. On pourrait dire, banalement, qu’il s’agit d’opposer là un geste de résistance à toutes les formes et expressions du pouvoir aujourd’hui et dans l’histoire. Mais par son attention singulière aux discontinuités, son travail joue de la violence et de la tension dans ce qu’elle nomme elle-même un « suspens catastrophique ».

Elle montre sans dénoncer. Elle regarde la brutalité du monde. Et parfois répare. Ses œuvres proposent de manière quelquefois anachronique une relecture des in-vus et des non-dits de l’histoire. Elle donne voix et corps aux silences des images. Elle va chercher ce qui sous-tend et ce qui traverse dans une certaine vibration, un certain tremblement. Elle creuse, déterre les fantômes et les ramène au jour pour qu’ils nous...

Sally Bonn

Critique, Maître de conférences en esthétique (Université de Picardie)