Gérard Bras

philosophe, directeur de programme au Collège International de Philosophie et président de l'Université populaire des Hauts-de-Seine

Gérard Bras est philosophe, professeur (honoraire) en Première supérieure, ancien Directeur de programme au Collège International de Philosophie et Président de l’Université Populaire des Hauts-de-Seine. Il est l’auteur de Les voies du peuple (Éditions Amsterdam, 2018).

Ses travaux portent sur Spinoza, l’esthétique et la philosophie sociale et politique. Il a notamment publié Hegel et l’art, (PUF, 1989 et 2008), Les ambiguïtés du peuple (Pleins Feux, Nantes 2008) « L’homme qui tua Liberty Valance, la constitution imaginaire du peuple », in J. Déniel, J.F. Rauger et Ch. Tatum Jr, John Ford, penser et rêver l’histoire (Yellow Now, 2014). Il a participé aux ouvrages collectifs De la puissance du peuple (sous la direction d’Yves Vargas, 5 tomes aux éditions Le Temps des cerises, 2000-2015).

Ses publications sur AOC

vendredi 04 .01

Critique

Un peuple incarné et son roi – à propos du film de Pierre Schoeller

par Gérard Bras

C’est sa finesse historique qui fait la qualité du film de Pierre Schoeller Un peuple et son roi, sorti en septembre. Profond et bien documenté, le film rend visible la figure abstraite du peuple, traitée sans condescendance et sans démagogie. Trouvant au départ son unité dans le corps mystique du roi, le peuple s’auto-détermine dans le processus révolutionnaire en même temps qu’il s’émancipe de l’autorité royale, et qu’il incarne l’Histoire. Rediffusion d’hiver d’un texte paru le 4 octobre dernier.

jeudi 20 .12

Opinion

L’homme ne vit pas que de gasoil !

par Gérard Bras

Prenant la mobilisation des Gilets Jaunes pour un simple cri du ventre, d’aucuns pensent qu’une modeste prime suffira à les calmer. Mais la baisse des taxes et l’augmentation des salaires ne sont pas le tout de la vie humaine. En réalité, plus que leur intérêt immédiat, les Gilets Jaunes se battent pour que la démocratie ne soit plus confisquée par les « élites ».

jeudi 04 .10

Critique

Un peuple incarné et son roi – à propos du film de Pierre Schoeller

par Gérard Bras

C’est sa finesse historique qui fait la qualité du film de Pierre Schoeller Un peuple et son roi. Profond et bien documenté, le film rend visible la figure abstraite du peuple, traitée sans condescendance et sans démagogie. Trouvant au départ son unité dans le corps mystique du roi, le peuple s’auto-détermine dans le processus révolutionnaire en même temps qu’il s’émancipe de l’autorité royale, et qu’il incarne l’Histoire.

lundi 24 .09

Opinion

Retour des peuples contre constitution du peuple

par Gérard Bras

Lorsque, lors de la conférence des ambassadeurs de rentrée, Emmanuel Macron parle d’un « retour des peuples », c’est parce qu’il se garde bien d’utiliser le terme « populisme », autrement plus connoté. Pire, en présentant ce retour des peuples comme une chose positive, le président de la République justifie insidieusement sa politique migratoire sévère. Cela doit nous inviter à repenser le peuple, à l’inscrire dans le processus constituant, pour ne pas amplifier les sirènes du discours identitaire.

jeudi 29 .03

Opinion

Pourquoi le peuple ? Quel peuple ?

par Gérard Bras

« Peuple » semble être le nom d’un problème à résoudre, alors qu’il devrait être celui d’une question. Et poser la question du peuple, c’est supposer que celui-ci n’est pas une donnée mais le résultat d’une détermination historique et politique. Il s’agit alors d’enquêter sur les modes de cette détermination.