C Critique

Art

La racialisation des représentations – à propos de l’exposition « Le modèle noir »

Historienne

Mêlant histoire de l’art et histoire des idées, l’exposition Le modèle noir nous propose de découvrir les interactions entre les modèles noir.e.s et les artistes français du XIXe et du XXe siècle. Si l’art français a bien été partie prenante d’un système impérial, il ne fut pas pour autant un instrument intégralement manipulé par le haut et au service exclusif de l’idéologie coloniale raciste. L’exposition invite ainsi à réfléchir aux effets complexes de la colonisation et aux voies sinueuses par lesquelles la racialisation et le racisme se sont ancrées dans nos représentations.

Le beau portrait de Madeleine accueille les visiteurs de l’exposition que le musée d’Orsay consacre au « modèle noir de Géricault à Matisse ». Il a été réalisé en 1800 par Marie-Guillemine Benoist qui a fait poser la jeune domestique noire, Madeleine, venue de Guadeloupe avec son beau-frère et sa belle-sœur.

publicité

Le tableau est très vite entré dans les collections du musée où Madeleine « habite depuis plus de deux siècles », comme le dit joliment Anne Lafont dans le bref essai qu’elle consacre à l’interprétation de cette œuvre. Il était jusqu’à présent exposé sous des titres, « portrait d’une négresse », puis « portrait de femme noire », qui gommaient l’identité de son modèle et plus subrepticement, la brève abolition de l’esclavage dans les coloni...

Émmanuelle Sibeud

Historienne, Professeure d’histoire contemporaine à l'Université Paris 8