C Critique

Littérature

Révolte contre l’héroïsme – à propos de La fille de Vercingétorix de Jean-Yves Ferri et Didier Conrad

Ancien député européen (Vert)

Que la fille de Vercingétorix puisse être une Greta Thunberg, n’est-ce pas la preuve du flair de Jean-Yves Ferri et Didier Conrad, qui ont su s’inspirer de l’air du temps et livrer une œuvre qui, si elle est par ailleurs d’un inaltérable classicisme, n’en reste pas moins judicieusement actuelle ? Ainsi du refus de jeunes adolescents de l’héroïsme au nom d’un passé mythifié qui ne leur parle plus, et auquel ils préfèrent une lutte tournée vers l’avenir, pour les fleurs et les enfants…

Je lis avec étonnement les critiques accueillant le nouvel Astérix. Pour ma part, je l’ai trouvé excellent, et même… dérangeant. Certes, Le Monde a bien repéré les allusions peut-être involontaires à l’actualité : une fille avec « deux papas » (plus le géniteur biologique, Vercingétorix) et parfaitement équilibrée. Adrénaline est même une anticipation étonnante de Greta, alors que, nous révèle le journal, l’album fut mis en chantier avant que notre petite héroïne planétaire ne surgisse dans l’actualité… Ce qui prouve que les auteurs, Jean-Yves Ferri au scénario, Didier Conrad au dessin, ont l’oreille plus sensible à l’air du temps que la plupart des journalistes.

publicité

Certes, Le Monde note avec raison (pour le regretter) son classicisme intégral, son respect de la contrainte éditoriale de ne révolutionner ni le style ni le cahier de charge : ce n’est pas une « réinterprétation ». Et de fait, l’inscription de Conrad dans le style de...

Alain Lipietz

Ancien député européen (Vert), Économiste