Cinéma

Hard boiled – sur Sterling Hayden, l’irrégulier de Philippe Garnier

Journaliste

Après avoir rencontré Sterling Hayden en 1983 pour la mythique émission Cinéma, cinémas, Philippe Garnier a gardé le contact avec l’acteur de Quand la ville dort ou Docteur Folamour. Il lui consacre aujourd’hui une passionnante biographie qui va fureter dans les recoins les moins attendus ou les moins labourés par la légende et finit par accoucher d’un portrait de l’acteur différent, plus complet et complexe, de l’idée finalement succincte qu’on en avait.

Si on se souvient aujourd’hui de l’acteur Sterling Hayden, c’est pour une poignée de classiques qui se comptent sur les doigts d’une main : Quand la ville dort de John Huston, Johnny Guitare de Nicholas Ray, L’Ultime razzia et Docteur Folamour de Stanley Kubrick, auxquels on adjoindra l’excellente série B Chasse au gang d’André De Toth, ainsi que quelques seconds rôles dans Le Parrain de Francis Ford Coppola, Le Privé de Robert Altman ou 1900 de Bernardo Bertolucci. Ce qu’on retient en premier lieu de cette filmo, c’est une image de dur-à-cuire (hard boiled character diraient les Américains), avec ce physique imposant de videur de boite, ce visage taillé au burin et rarement souriant, un type ne faisant pas dans le sentiment et toujours prêt à exploser comme une marmite au couvercle trop longtemps fermé.

publicité

Le journaliste Philippe Garnier consacre un ouvrage à cet acteur important mais un peu oublié et qui n’a pas accédé au rang mythique d’un Bogart, d’un Brando, d’un Mitchum ou aujourd’hui d’un De Niro – pour rester dans la même catégorie des durs-à-cuire. Bouquin passionnant car comme à son habitude, Garnier va fureter dans les recoins les moins attendus ou les moins labourés par la légende et finit par accoucher d’un portrait de l’acteur différent, plus complet et complexe, de l’idée finalement succincte qu’on en avait.

Le reporter avait rencontré Hayden en 1983 en l’interviewant pour le légendaire Cinéma cinemas (la plus belle et singulière émission sur le cinéma de toute l’histoire de la télé, qui a illuminé les cinéphiles tout au long des années 80). Rencontre tout sauf anecdotique : d’abord parce que Garnier a par la suite entretenu une relation épisodique mais constante avec l’acteur, ensuite parce que cette journée de 83 nous réserve une belle surprise dans le superbe dernier chapitre de ce livre, enfin parce que c’est en retrouvant dans sa cave une chute oubliée de cette émission que Garnier a eu l’idée et le désir d’écrire ce livre. Tout ce proces


Serge Kaganski

Journaliste, Critique de cinéma

Rayonnages

Cinéma