Serge Kaganski

Journaliste, Critique de cinéma

Serge Kaganski est un journaliste né en 1959 . Critique de cinéma aux Inrockuptibles de la création du magazine en 1986 jusqu’en 2018, il est aujourd’hui journaliste indépendant.

 

Ses publications sur AOC

mercredi 09 .10

Critique

Coup de coeur – à propos de Chambre 212 de Christophe Honoré

par Serge Kaganski

Maria aime Richard, Maria s’ennuie avec Richard, Maria trompe Richard et déménage dans une chambre d’hôtel en face de leur appartement, la fameuse chambre 212. Et de ces vieilles ficelles, Christophe Honoré tire un somptueux film de studio, haut en couleur et dont l’artifice ne révèle que mieux la part de vérité.

mercredi 25 .09
mercredi 18 .09

Critique

Objectif père – à propos de Ad Astra de James Gray

par Serge Kaganski

De James Gray, auteur intellectuel et cultivé « à l’ancienne », on n’attendait guère un « space movie ». Ad Astra s’avère plus qu’une bonne surprise : une splendeur. Le contexte galactique n’ayant pas empêché James Gray de demeurer fidèle à ses obsessions et de raconter comme toujours la même histoire : celle de fils qui font tout pour se faire aimer par leur père, ce « tout » n’étant cependant jamais assez aux yeux de leur géniteur impitoyable et pitoyable.

vendredi 30 .08

Critique

Une prière laïque – sur Roubaix, une lumière d’Arnaud Desplechin

par Serge Kaganski

En signant son premier « polar », le réalisateur de Comment je me suis disputé aurait changé de registre… Tournée en territoire connu, Roubaix, une lumière se donne pourtant bien à voir comme un film d’Arnaud Desplechin. Et s’il s’enracine dans une réalité plus sociale, ce nouveau long métrage apparaît aussi sous une familière lumière lanzmanienne.

mercredi 31 .07

Critique

La diagonale de l’ouest – à propos du Western stars de Springsteen

par Serge Kaganski

Bruce Springsteen a publié en juin Western stars, un album crépusculaire et scintillant, triste comme un dernier coucher de soleil. À 70 ans, l’ex-biker-poète-aventurier-risque-tout réactive le mythe du hobo solitaire, du baroudeur vieillissant, mais cette fois, et c’est inédit pour lui, sur des arrangements country-pop aux teintes baroques, quasi romantiques. Rediffusion du 13 juin 2019.