C Critique

Série télé

Looking for football – à propos de Sunderland ’til I die

Journaliste

Qui a mis un jour les pieds dans un stade anglais sait que le spectacle s’y donne d’abord en tribunes. Aussi la reprise à huis clos ce mercredi de la Premier League a-t-elle la saveur d’un hot-dog sans oignons ni moutarde douce. Nous avons donc préféré revoir la série originale que Netflix a consacrée au club centenaire de Sunderland. Les supporters y tiennent à juste titre le premier rôle et le football professionnel moderne est décrit tel qu’il est : un paquebot à la dérive. Ken Loach aurait pu tenir la caméra.

Il y a Peter le taxi, Andrew le vétéran d’Afghanistan, Joyce la cuisinière, Marc le prêtre… Les actionnaires et les entraîneurs passent mais eux restent, fidèles et toujours plus désabusés saison après saison. Entre le Sunderland Association Football Club et ses supporters, c’est à la vie à la mort.

publicité

Un employé des pompes funèbres locales confie d’ailleurs que la plupart réclament dans leur testament des fleurs rouges et blanches sur leur cercueil quand ce n’est pas carrément le paletot de bois qui se met aux couleurs des Black Cats ! Pour le père Lyden-Smith, qui fait souvent prier ses paroissiens pour leur équipe, « la foi et le football sont étroitement liés à Sunderland. À bien des égards, le stade est une immense église qui unit toutes les religions. »

Mais le culte numéro un dans cet angle mort du Nord-Est de l’Angleterre, c’est sans conteste le ballon rond. « Autrefois, Sunderland était une des capi...

Nicolas Guillon

Journaliste