C Critique

Politique culturelle

La Marmite ou comment rendre à la collectivité ce qui vient d’elle

Critique

Université populaire nomade de la culture, et mouvement culturel, artistique et citoyen, l’association La Marmite, créée en 2016, propose des parcours culturels pluridisciplinaires, sensibles et intellectuels, à des personnes appartenant à des groupes sociaux défavorisés. Ce faisant, elle s’engage pour la popularisation, l’approfondissement de la réception culturelle et pour la reconnaissance de la créativité, de la sensibilité et des savoirs de tous. L’offre d’activités, exigeante et éclectique, en fait une initiative ambitieuse et enthousiasmante.

Dans son récit autobiographique My life, Isadora Duncan évoque brièvement son séjour à La Havane en racontant une soirée dans un bar enfumé de la vieille ville. Un homme étrange joue soudain des Préludes de Chopin : « Je l’écoutais quelque temps, puis m’approchai de lui mais il ne put me dire que quelques mots incohérents. Sachant que j’étais ici complètement inconnue, il me vint le désir fantastique de danser pour cet étrange public […]. Je continuai à danser jusqu’au petit matin et quand je repartis, ils m’embrassèrent tous ; je me sentis plus fière que dans aucun théâtre, car j’avais trouvé la preuve de mon talent ; nul impresario, nul article de journal n’avait préparé l’attention du public. »

publicité

Les mots d’Isadora semblent répondre simplement à une prob...

Marie Sorbier

Critique