C Critique

Musique

Candeur crapule et musique folk – à propos de l’album Gueuseries de Paris Banlieue

Journaliste

« Nous ne sommes pas anti-folk mais nous sommes anti-cynisme, anti-Éducation Nationale, anti-Elton John, anti-Queen… » : elles ont 15 et 16 ans et viennent de sortir Gueuseries, un album artisan et partisan, l’un des plus frais et réjouissant de 2020. On a rencontré Paris Banlieue et on n’en est pas revenu.

En 1988, concluant une chronique amoureuse du duo espiègle Les Calamités, j’écrivais : « Combien de fillettes se mettront-elles à la guitare en usant cet album sur le mange-disques familial ? » Les trois adolescentes de Paris Banlieue n’étaient pas nées quand « Toutes Les Nuits » ou « Vélomoteurs » égayaient la bande FM. Pourtant, le filiation est frappante, dans ces dégaines de catéchisme et ces grosses attitudes délurées.

publicité

À elles trois, Clara Pernas, Léonor Pernas et Adèle Duhoo n’ont pas 50 ans. Elles connaissent pourtant Les Calamités. Par des connections familiales. Peut-être le même réseau qui a fait passer une maquette du trio à Sylvain Quément, de la station pour enfants Radio Minus. Étonné, il s’est déplacé chez Adèle avec ses micros et sa bienveillance pour enregistrer Paris Banlieue dans son habitat naturel. Sans se douter que ces enregistrements bruts deviendraient Gueuseri...

JD Beauvallet

Journaliste, Critique