C Critique

Littérature

Au-dessus d’un volcan – sur Alger, rue des Bananiers de Béatrice Commengé

Journaliste

Béatrice Commengé mêle souvenirs d’enfance et enquête familiale dans son dernier récit, Alger, rue des Bananiers. Sans rien renier du bonheur qu’elle éprouve alors, elle donne à voir, sans édulcorer, les cruelles réalités de l’occupation française en Algérie. Ici, pas de pathos virant à la plainte ni de règlements de compte a posteriori. Mais la restitution de parcours biographiques, mis en relation par une écriture de la juxtaposition riche de sens.

Dans Alger, rue des Bananiers, Béatrice Commengé mêle ses souvenirs d’enfant ayant grandi dans la capitale algérienne à une enquête familiale remontant à quatre générations. Sans rien renier de ses sentiments d’alors mais en donnant à voir sans édulcorer, elle prend la mesure de ce qu’était ce pays sous occupation française, où la conscience tranquille des Européens et son bonheur de petite fille côtoyait les pires réalités.

publicité

Alger, rue des Bananiers est fondé sur un paradoxe : celui du bonheur éprouvé par une petite fille au cœur d’une situation historique caractérisée par l’horreur et la guerre coloniales. Le récit que publie Béatrice Commengé relate les circonstances de ce bonheur et, par la même occasion, éclaire sur les conditions de possibilité d’un tel sentiment. D’autant que l’auteure ne joue pas sur...

Christophe Kantcheff

Journaliste, Critique