Politique culturelle

Laurence Engel : « Les bibliothèques ont pensé l’organisation des savoirs bien avant Google »

Journaliste, Critique

Ce week-end la BNF prend la parole ou plutôt la donne aux comédiennes et comédiens qui viennent y lire des textes pour la deuxième édition du festival La Bibliothèque Parlante. L’occasion de rencontrer sa présidente, Laurence Engel, pour revenir sur les vingt ans écoulés depuis l’ouverture du bâtiment de l’architecte Dominique Perrault mais aussi, plus largement, sur des questions de politique culturelle, et notamment dans le domaine du livre.

Publicité

La Bibliothèque nationale de France fête cette année les vingt ans de son site François-Mitterrand, dans le XIIIe arrondissement de Paris, notamment avec une exposition carte blanche donnée à l’architecte du bâtiment, parfois décrié mais désormais bien installé dans le paysage de ce passionnant nouveau quartier de la capitale. Et comme deux occasions valent toujours mieux qu’une, nous avons saisi la deuxième édition du festival La Bibliothèque Parlante qui se tient ce week-end sur ce même site Tolbiac, pour nous entretenir avec la présidente de la BNF, Laurence Engel. Au-delà du regard rétrospectif et prospectif qu’elle porte sur cet établissement et ce festival d’un genre nouveau, il nous intéressait aussi de l’entendre sur des dossiers de politique culturelle qu’elle a eu par le passé à connaître de très près comme directrice des Affaires culturelles de la Ville de Paris, comme directrice de cabinet de la ministre de la Culture (Aurélie Filippetti) puis comme médiatrice du Livre.

Cette année le site François-Mitterrand fête ses vingt ans, avec notamment une carte blanche donnée à son architecte Dominique Perrault, pour une exposition consacrée au bâtiment qu’il a conçu. Quel regard rétrospectif peut-on porter aujourd’hui sur le bâtiment, ses usages ?
Sur le plan plastique, en tant qu’œuvre architecturale, le site François-Mitterrand vieillit plutôt bien. C’est un beau bâtiment, qui mobilise de très beaux matériaux, une qualité des bois, du béton, du travail fait sur les métaux : c’est suffisamment rare pour être souligné. La création de Dominique Perrault est d’ailleurs devenue « architecture remarquable du XXe siècle » en 2017, un label qui rend hommage à ce bâtiment. Mais on peut dire qu’il avait déjà été identifié comme tel par le public, par les visiteurs de Paris, par les amoureux de l’architecture. La BNF-François-Mitterrand est une icône architecturale parisienne, incontestablement. Sur le plan culturel, en tant que bibliothèque, je pense que ce b


Sylvain Bourmeau

Journaliste, directeur d'AOC

Cécile MOSCOVITZ

Critique, Secrétaire générale d'AOC