Enseignement supérieur

Comment le gouvernement veut trier les étudiants étrangers

Philosophe, Philosophe, Philosophe, Philosophe, Philosophe, Philosophe, Philosophe, Philosophe, Philosophe, Philosophe, Philosophe, Philosophe, Philosophe

Derrière l’annonce par le Premier ministre qu’une augmentation considérable des droits d’inscription pour les étudiants étrangers, il y a d’abord la volonté de procéder à un tri inacceptable, une manière de barrer l’accès aux africains. Il y a ensuite sans doute un premier pas vers la généralisation de tels droits d’inscription prohibitifs.

Dans le cadre des « Rencontres universitaires de la francophonie », le premier ministre a dévoilé lundi 16 novembre un plan baptisé « Bienvenue en France – Choose me », destiné à renforcer la « stratégie d’attractivité pour les étudiants internationaux ». Une telle ambition ne peut que rencontrer notre adhésion : nous travaillons tous les jours, dans des conditions souvent difficiles, à renforcer par tous les moyens possibles cette attractivité. Nous ne pouvons également que souscrire à la nécessité d’imposer au plus vite une simplification de la politique des visas, tant les étudiants étrangers souhaitant venir étudier chez nous se trouvent très souvent confrontés à des complexités administratives opaques, à des délais dissuasifs et à l’arbitraire de décisions incompréhensibles.

Mais ce plan prévoit une mesure, annoncée pudiquement sous l’appellation « frais d’inscription différenciés », qui nous paraît absolument inacceptable : l’augmentation de 170 € à 2800 € des frais d’inscription en Licence, de 243 € à 3800 € en Master et de 380 € à 3800 € en Doctorat pour les étudiants étrangers issus des pays extérieurs à l’Union Européenne. Le gouvernement dit craindre un « décrochage » des universités françaises dans la compétition internationale et entend y remédier avec ces mesures. Le message est clair : c’est son prix qui garantit « l’excellence » d’une formation. C’est cher, donc c’est forcément bon. On ne s’appesantira pas sur le simplisme pervers du « raisonnement ». On s’étonnera à peine qu’une mesure parfaitement discriminatoire à l’égard des étudiants issus des pays francophones d’Afrique et du Maghreb soit annoncée lors de « Rencontres universitaires de la francophonie ». On est habitué désormais au procédé consistant à « vendre » ou « afficher » une mesure sous un nom exactement contraire à son contenu et à son sens réels.

Les deux mesures censées compenser ce projet inique sont des leurres. L’augmentation de 7000 à 15000 du nombre de bourses d’état réservées


Magali Bessone

Philosophe

François Calori

Philosophe

Emanuele Coccia

Philosophe, Maître de conférences à l'EHESS

Elsa Dorlin

Philosophe

Franck Fischbach

Philosophe

Arnaud François

Philosophe

Jean-Christophe Goddard

Philosophe

Yala Kisukidi

Philosophe

Jean-Claude Monod

Philosophe, Directeur de recherche en philosophie au CNRS

Emmanuel Renault

Philosophe

Judith Revel

Philosophe, Professeure à l'Université Paris Nanterre, membre du laboratoire Sophiapol

Philippe Sabot

Philosophe

Philippe Saltel

Philosophe