O Opinion

Enseignement supérieur

Comment le gouvernement veut trier les étudiants étrangers

Philosophes

Derrière l’annonce par le Premier ministre qu’une augmentation considérable des droits d’inscription pour les étudiants étrangers, il y a d’abord la volonté de procéder à un tri inacceptable, une manière de barrer l’accès aux africains. Il y a ensuite sans doute un premier pas vers la généralisation de tels droits d’inscription prohibitifs.

Dans le cadre des « Rencontres universitaires de la francophonie », le premier ministre a dévoilé lundi 16 novembre un plan baptisé « Bienvenue en France – Choose me », destiné à renforcer la « stratégie d’attractivité pour les étudiants internationaux ». Une telle ambition ne peut que rencontrer notre adhésion : nous travaillons tous les jours, dans des conditions souvent difficiles, à renforcer par tous les moyens possibles cette attractivité. Nous ne pouvons également que souscrire à la nécessité d’imposer au plus vite une simplification de la politique des visas, tant les étudiants étrangers souhaitant venir étudier chez nous se trouvent très souvent confrontés à des complexités administratives opaques, à des délais dissuasifs et à l’arbitraire de décisions incompréhensibles.

Mais ce plan prévoit une mesure, annoncée pudiquement sous l’appellation « frais d’inscription différenciés », qui nous paraît absolument inacceptable : l’augmentation de 170 € à 2800 € des frais d’inscription en Licence, de ...